Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 02:40

 

Neuhuys.Boudens.jpg

Luc BOUDENS, Paul Neuhuys, xylographie (2000) inspirée du portait de Neuhuys par Floris JESPERS (1923)


Glanés dans l'œuvre (et dans les carnets inédits) de Paul Neuhuys (1897-1984), voici une première collection d'aphorismes à l'attention des amateurs et des curieux.

En grec ancien, ἀφορισμος, substantif dérivé du verbe αφοριζειν («définir, délimiter») signifie au sens propre «délimitation» d'où : «séparation», «distinction»...

 

Ce que j'aime dans l'aphorisme, c'est l'euphorie métaphorique.

*

Tout s'arrange le mieux quand tout tourne au plus mal.

*

Rares sont les oiseaux qui vivent de leur plume.

*

En amour ma première impression fut la bonne.

*

Le roman de l'amour impossible est partout.

*

Trois genres de femmes : la charmante, la charmeuse et la charmeresse.

*

Improviser, c'est puiser dans le panier à provisions.

*

Je cours sur mes 75 et je n'ai jamais couru aussi vite.

*

Les femmes n'aiment pas être trompées, surtout dans leur attente.

*

Nœud comme nœud coulant et huis comme huis clos.

*

Voyant, voyeur, voyou, vieillard émerveillé.

*

S'il n'y avait pas de mauvaise poésie, il n'y en aurait pas de bonne.

*

En poésie nous sommes tous comme Villon, le chétif escholier.

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires