Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 03:25

Bibliophile ? Oui, au sens large du terme: “celui qui aime les livres” ; mais j'en conserve jalousement que je hais ou, même pire, que je méprise ; et je n'hésite pas à me défaire d'éditions originales, de livres rares et précieux.

Bibliomane ? Le dictionnaire de l'Académie souligne : “Il est bon d'être bibliophile, mais il ne faut pas être bibliomane”. Heureusement, ne suis pas atteint de bibliomanie, cette “fureur bibliomaniaque”, dixit Paul-Louis Courier. Mais je dois reconnaître que la bibliothèque borgésienne de Babel et les bibliothèques endormies mais non moins dangereusement actives de Zafón me fascinent...

Bibliographe ? Je ne suis pas assez versé dans la science du livre et de l'édition pour mériter ce titre. Bibliothécaire ? Oui, je suis responsable d'une bibliothèque hélas!, la mienne, dont la gestion et le classement par définition éphémère m'envahit et parfois me paralyse. Je me console vaguement en pensant à ma traduction néerlandaise de L'Ėphémère est éternel de Michel Seuphor....

*

Je ne suis pas collectionneur, loin de là, mais le travail que j'ai entrepris à propos de Paul Neuhuys, de la revue Ça ira (avril 1920-janvier 1923) et des éditions éponymes (1920-1984) m'incite à rassembler des livres, des revues et autres documents absents des bibliothèques anversoises. Dans cette optique, je n'ai pu résister à la tentation, lors d'une vente publique, d'acquérir quelques livres que je partage ici. N'hésitez pas à me donner vos commentaires érudits...

Henri-Floris JESPERS

(à suivre)

 

Marcello-Fabri.jpg

MARCELLO-FABRI, La Folie de l'Homme. Poème pour un Musicien. FÉERIE, Paris, Édition du “Carnet-Critique”, 1919, n.p. Il a été tiré 825 exemplaires sur papier Lafuma de Voiron, tous numérotés et paraphés par l'auteur.

Avec un envoi à Paul Neuhuys, “après lecture de ses belles études / sur quelques poètes français, / cette tentative vers un synchronisme au théâtre / MarcelloFabri.”

FABRIinconnu.jpg

Ce bel exemplaire contient une feuille volante des éditions J. Povolozky annonçant la parution prochaine de L'Inconnu sur les Villes , roman des foules modernes par Marcello-Fabri.

 

EmpereurdeChine.jpg

Georges RIBEMONT-DESSAIGNES, L'Empereur de Chine suivi de Le Serin muet, Paris, Au Sans Pareil, Collection Dada, 1921, 151 p.

 

ClaureIvanGol.jpg

Claire et Ivan GOLL, Poèmes d'amour, Paris, Jean Budry et Cie, Collection surréaliste, 1925, 60 p. Il a été tiré de cet ouvrage 600 exemplaires sur Vergé numérotés de 1 à 600. Avec deux dessins de Marc Chagall.

En lieu et place de la numérotation, un envoi de Claire et Ivan Goll : exemplaire “dédié à Paul Neuhuys / souvenir cordial”.

LENAIN.jpg

Yvan LENAIN, La Maison dans les arbres, Bruxelles, Éditions de la “Revue Sincère”, 1925, 38 p. Frontispice de Jean Stiénon du Pré. Envoi à André de Ridder.

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 01:46

 

Marinetti.jpg

Marinetti à la radio, 1932. Photo de Ferruccio A. Demanins. Coll. Giovanni Lista.

À la demande de plusieurs lecteurs, voici quelques adjudications significatives (à majorer de 23 %) de la dernière vente Bernaerts (experts Peter Bernaerts et Elias Leytens), dont le catalogue abondamment illustré est un vrai régal pour les amateurs.

Stéphane MALLARMÉ, Un coup de dés jamais n'abolira le hasard, Paris, NRF, 1914 : 1300 €.

F.T. MARINETTI, Les mots en liberté, Milano, Edizioni Futuriste di Poesia,1919 : 1700 €.

Guillaume APOLLINAIRE, Le Poète assassiné, Paris, édition des Curieux, 1916 : 700 €.

Francis PICABIA, Poèmes et dessins de la fille née sans mère, Lausanne, 1918 : 450 €.

Francis PICABIA, Pensées sans langage, Paris, Figuière, 1919 : 400 €.

Tristan TZARA, 7 Manifestes Dada, Paris, Diorama Jean Budry & co, 1924 : 1200 €.

Clément PANSAERS, Le pan-pan au cul du nègre, Bruxelles, AIO, 1920 : 450 €.

Clément PANSAERS, Bar Nicanor, Bruxelles, AIO, 1921 : 550 €.

Enfin, un exemplaire du tract-manifeste DADA soulève TOUT (1921), justement estimé 600-800 €, fut enlevé à 1500 €...

Hôtel de Ventes Bernaerts, Verlatstraat 16-22, B 2000 Antwerpen.

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 04:46

NeuhuysDADA.jpg 

Dans ses Mémoires à Dada posthumes éditées par ses deux fils Luc et Thierry en 1996, Paul Neuhuys note:

Dada correspond à une des périodes les plus heureuses de ma vie, l’époque où dans l’atelier d’Alice Frey, aménagé à l'intérieur d'un hospice de vieillards, nous jouions entre nous et pour notre seul plaisir Le Serin muet de Ribemont-Dessaignes. Pour tout décor, une double échelle. Je me vois encore grimper les échelons, une cage de serin à la main et chevaucher le sommet de l’échelle en déclarant : « Je suis Gounod, compositeur de musique… » Dada nous séduisait alors par son nihilisme et son juvénilisme. La joie de faire craquer les cadres et, vraiment, j’avais l’impression de me trouver sur une échelle de valeurs entièrement nouvelles.

*

À propos de Ribemont-Dessaignes, voici la letre de Paul Neuhuys à Mesens, datée d'Anvers, le 29 mars 1927, qui me semble témoigner de ce retour à l'ordre dont la plupart les artistes d'avant-garde des années vingt furent la victime.

 

Mon cher Mesens,

J’ai bien reçu le dernier numéro de Marie, et te remercie d’avoir songé à me l’adresser. Que signifie donc le poing que tu brandis et de quoi est-il armé? Marieme rappela nos bonnes relations des temps héroïques où nous te saluions dans notre groupe “Ça Ira” comme un des espoirs les plus certains de la jeune musique belge. Que ces temps sont éloignés! Et quel chemin as-tu parcouru depuis, mon cher vieux Mesens! Te trouves-tu isolé ou, au contraire, te sens-tu appuyé par tes amis? J’ai suivi avec intérêt la “kabbale” du groupe surréaliste à Bruxelles. J’ai assisté à la representation d’une pièce de Ribemont-Dessaigne au Groupe Libre et je ne te cacherai pas que j’ai été déçu. Tous, nous nous décevons mutuellement. Voilà bien l’état actuel du mouvement moderne. Qui donc remédiera à cette situation, et par quelle révolution de nous-mêmes reprendrons-nous conscience de notre véritable rôle?

Un mot de toi me ferait plaisir

et bien cordialement

Paul Neuhuys

Nous y revriendrons...

HFJ

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 10:00

 

Une collection bien complète des vingt livraisons de ça ira (1920-1923) a été enlevée à 2600 €.

Les douze cahiers de la revue Les Soirées d'Anvers (1961-1965), dirigée par Paul Neuhuys: 340 €.

Bull33.jpgLa collection du Bulletin de la Fondation ça ira (1999, en cours de publication, 41 livraisons en quarante fascicules): 200 €.

HFJ

(à suivre)

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 04:39

Depuis quelques années déjà, les ventes chez Bernaerts témoignent indubitablement du regain d'intérêt pour l'avant-garde anversoise.

Âprement disputées, la farde de huits linogravures d'Edmond van Dooren, éditée par la revue Het Overzicht (1921) fut adjugée à 6400 €.

Quatre linos encadrées (1921) de Jozef Peeters: 2400 €.

Kinderlust.jpg

Un exemplaire de toute fraîcheur, rarissime dans cet état, de Kinderlust de Jan Peeters (1923), illustré par Floris Jespers (estimé 1000-1250 €), adjugé à 2400 €. Il s'agit de l'unique livre pour enfants d'inspiration moderniste, distribué aux élèves des écoles primaires communales d'Anvers.

L'après-midi d'un faune (Anvers, éditions Lumière, 1920), une suite de six linos de Henri van Straten rehaussées à l'aquarelle : 900 €.

1100 € pour l''originale de Salopes. Le quart d'heure de rage ou Soleil sans chapeau de Paul Joostens (Anvers, éditions Ça ira, 1922), réédité en 2009 par Allia à Paris (cf http://caira.over-blog.com/article-le-monde-signale-la-reedition-de-salopes-de-paul-joostens-39679410.html) : 1100 €.

Je rappelle à mes lecteurs qu'il convient de majorer les adjutications de 23 % de frais de vente...

Henri-Floris JESPERS

(à suivre)

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 04:04

Depuis la vente Émile Langui et Paul-Gustave van Hecke en 2008, Bernaerts présente régulièrement, avec un réel succès, des livres, documents et “éphémères” du plus grand intérêt relatifs à l'avant-garde historique et contemporaine. Le superbe catalogue de la vente du 10 mai en témoigne amplement. Je me contenterai de signaler (et éventuellement de commenter) aujourd'hui et dans les prochains jours quelques enchères à mon sens significatives. Elles témoignent de l'intérêt croissant pour l'avant-garde historique. L'évolution du marché en est le signe indubitable. Nous documenterons dans les prochains blogues la vogue de l'avant-garde anversoise et belge...

Object3.jpg

Estimé à 3500-5000 €, le no 1-2 de la revue mythique Objet/ Veshch/ Gegenstand. Internationale Rundschau der Kunst der Gegenwart (Berlin, 1922), édité par El Lissitzky et Iljia Ehrenburg, fut enlevé à 7000 €.

Un exemplaire de l'originale de Betrachtung de Franz Kafka (Leipzig, Rowohlt, 1913), estimé 1500-2000 €, fut adjugé à 3600 €.

850 € pour Les Champs magnétiques d'André Breton et Philippe Soupault, avec un bel envoi des auteurs à André Salmon, n'est certes pas excessif.

Un des 44 exemplaires numérotés illustré d'une gravure de Marcel Ianco du recueil Joc Secund (Bucarest, 1930) du poète et mathématicien Ion Barbu (pseudonyme du mathématicien Dan Barbillian) trouva acquéreur à 550 €.

Ce sont là des enchères dignes des hôtels de vente de réputation internationale...

Henri-Floris JESPERS

(à suivre)

 

http://caira.over-blog.com/article-20602235.html

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 23:04

 

 

Quelques classiques de l'avant-garde sont également offerts en édition originale :

 

Guillaume APOLLINAIRE, Le Poète assassiné, Paris, édition des Curieux, 1916.

Francis PICABIA, Poèmes et dessins de la fille née sans mère, Lausanne, 1918.

Francis PICABIA, Pensées sans langage, Paris, Figuière, 1919.

André BRETON et Philippe SOUPAULT, Les Champs magnétiques, Paris, au San Pareil, 1920.

Clément PANSAERS, Le pan-pan au cul du nègre, Bruxelles, AIO, 1920

Clément PANSAERS, Bar Nicanor, Bruxelles, AIO, 1921

Francis PICABIA, Jésus-Christ Rastaquouère, Collection Dada, 1921.

(à suivre)

Voir :

Hôtel de Ventes Bernaerts, Verlatstraat 16-22, B 2000 Antwerpen.

Jeudi 10 mai à 20 h.

T +32 (0)3 248 19 21

F +32 (0)3 248 15 93

info@bernaerts.be

www.bernaerts.be/

http://caira.over-blog.com/article-vente-bernaerts-ii-mallarme-reverdy-et-marinetti-104833280.html

http://caira.over-blog.com/article-vente-bernaerts-dada-et-surrealisme-i-e-l-t-mesens-104827959.html

http://caira.over-blog.com/article-e-du-perron-manuscrit-trouve-dans-une-poche-aux-encheres-103883061.html

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 21:49

 

Proposant des pièces exceptionnelles, le catalogue abondamment illustré de la prochaine vente chez Bernaerts à Anvers (experts Peter Bernaerts et Elias Leytens) est un vrai régal pour les amateurs.

J'y relève des éditions phares dans l'histoire de la typographie du XXe siècle :

Stéphane MALLARMÉ, Un coup de dés jamais n'abolira le hasard, Paris, NRF, 1914. (Lot 1716)

Pierre REVERDY, Les Jockeys camouflés, agrémentés de cinq dessins inédits de Henri Matisse, Paris, À la belle édition, 1916. (Lot 1717)

F.T. MARINETTI, Les mots en liberté, Milano, Edizioni Futuriste di Poesia,1919. Bien complet des quatres planches dépliantes. (Lot 1715)

Hôtel de Ventes Bernaerts, Verlatstraat 16-22, B 2000 Antwerpen.

Jeudi 10 mai à 20 h.

T +32 (0)3 248 19 21

F +32 (0)3 248 15 93

info@bernaerts.be

www.bernaerts.be/

Voir également:

http://caira.over-blog.com/article-vente-bernaerts-dada-et-surrealisme-i-e-l-t-mesens-104827959.html

http://caira.over-blog.com/article-e-du-perron-manuscrit-trouve-dans-une-poche-aux-encheres-103883061.html

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 20:15

 

Mesens1958--Ida-Kar-.jpg

E.L.T. Mesens, 1958 (foto:Ida Kar)

Proposant des lots exceptionnels le catalogue abondamment illustré de la prochaine vente chez Bernaerts à Anvers (experts Peter Bernaerts et Elias Leytens) est un vrai régal pour les amateurs.

J'y relève plusieurs lots relatifs à Édouard Léon Théodore Mesens (1903-1971), musicien, poète, collagiste, organisateur d'expositions internationales et marchand d'art, personnage attachant dont je garde un souvenir inoubliable.

Introduit par Erik Satie, il fréquentera les milieux dada parisien avant de se convertir au surréalisme. “Pro-consul d'André Breton”, il exercera une influence décisive sur le mouvement surréaliste en Grande-Bretagne. De Bruxelles à Paris, d'Anvers à Londres et à Milan, de Dada et du surréalisme à Arte nucleare, il fut tout au long de sa vie un animateur infatigable incontournable.

Voici, dans l'ordre chronologique, les lots qui seront dispersés lors de cette vente en tous points mémorable :

 

E.L.T. MESENS, Danse pour piano, Bruxelles, Fernand Lauweryns, [1920]. Masque de l'auteur par Pierre [-Louis] Flouquet. Très précieux exemplaire avec triple dédicace autographe. (Lot 1697)

 

Sept lettres de Mesens à Paul Neuhuys (échelonnées de décembre 1922 à mai 1925). 10 ff. in-4/in-8, dont quatre avec en-tête de la revue Sélection et une avec la très rare en-tête de la revue Œsophage/Période. Correspondance du plus vif intérêt. Mesens annonce la naissance d'une revue qui n'a jamais vu le jour. On y joint un récit autographe inédit de 2 p. in-4, daté du 27 janvier 1924, dédié à Paul Neuhuys. (Lot 1683)

 

E.L.T. MESENS et Philippe SOUPAULT, Garage, Bruxelles, éditions Music, [1926]. Couverture conçue par Man Ray, réalisation Marcel-Louis Baugniet. Avec dédicace autographe, juin 1926. (Lot 1696)

 

E.L.T. MESENS, Femme complète, Bruxelles, éditions Nicolas Flamel, 1933. Avec un dessin de Magritte. Exemplaire nominatif de Paul Neuhuys, signé par Mesens. (Lot 1681)

 

E.L.T. MESENS, Alphabet sourd aveugle, Bruxelles, éditions Nicolas Flamel, 1933. Préface et note de Paul Éluard, frontispice de l'auteur. Dédicace autographe signée sur le faux-titre. Précieux exemplaire dont la couverture orange-vif a gardé toute sa fraîcheur. (Lot 1682)

 

E.L.T. MESENS, Poèmes 1923-1958, Paris, Le Terrain Vague, 1959. Dix dessins de Magritte. Signé par l'auteur. Exemplaire non coupé, à l'état de neuf; (Lot 1539)

*

La fondation Getty conserve une grande partie des inestimables archives de Mesens.

À l'attention des amateurs, voici quelques repères bibliographiques :

SurrealistMovement.jpg

Paul C. RAY, The Surrealist Movement in England, Ithaca and London, Cornell University Press, 1971, 331 p.

Henri-Floris JESPERS, 'E.L.T. Mesens of De weemoedige ernst van een zondagskind', in: Genealogie van de herinnering, Antwerpen, The Private Press, 1993, pp. 69-87.

MesensBIO.jpgChristiane GEURTS-KRAUSS, E.L.T. Mesens. L'Alchimiste méconnu du surréalisme. Du dandy dadaïste au marchand visionnaire, Bruxelles, éditions Labor, collection Archives du futur, 1998, 183 p., ill.

DadaTerminus.jpgTristan TZARA-E.L.T. MESENS, Dada Terminus, Bruxelles, Didier Devillez, 1997, 153 p., ill.

George MELLY, Don't Tell Sybil, An Intimate Memoir of ELT Mesens, Heinemann, 1997, 240 p.

Moi-je-suis-musicien.jpgE.L.T. MESENS, Moi je suis musicien, Bruxelles, Didier Devillez, 1998, 208 p.

Bulletin25.jpgHenri-Floris JESPERS, 'Mesens et Neuhuys', in Bulletin de la Fondation Ça ira, no.25, 1er trimestre 2006, pp. 23-30, ill.

*

Nous reviendrons longuement sur la vente Bernaerts.

 

Hôtel de Ventes Bernaerts, Verlatstraat 16-22, B 2000 Antwerpen.

Jeudi 10 mai à 20 h.

T +32 (0)3 248 19 21

F +32 (0)3 248 15 93

info@bernaerts.be

www.bernaerts.be/

Voir également:

http://caira.over-blog.com/article-e-du-perron-manuscrit-trouve-dans-une-poche-aux-encheres-103883061.html

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 00:35

 

DuPerronpvo.gif

Eddy du Perron (à droite) et Paul van Ostaijen. Anvers, atelier du peintre Jozef Peeters, 1925

 

Né à Java en 1899, de père hollandais et de mère française, Charles Edgar (dit Eddy) du Perron (1899-1940), vint en Europe en 1921. Il s'appliqua un instant à vivre en bohème à Montparnasse avant de s'installer à Bruxelles et au château de Gistoux. Après la perte de sa fortune, E. du Perron vécut du journalisme à Paris, où il prit activement part à la vie littéraire et se lia d'amitié avec André Malraux, qui lui dédia La Condition humaine (1933). Pendant un séjour aux Indes (en 1939), Du Perron, critiquant l'attitude colonialiste, fit la connaissance de quelques leaders nationalistes. De retour en Hollande, il succomba à une crise d'angine de poitrine, le jour de l'invasion allemande en 1940.

Het Land van herkomst (1935), roman complexe et imprévu, parfois qualifié d' « anti-roman », est l'une des œuvres majeures de la littérature néerlandaise moderne. Traduit par Philippe Noble, Le pays d'origine parut en 1980 chez Gallimard avec une préface d'André Malraux, qu'on retrouve sous les traits d'un des principaux personnages.

Philippe VAN TIEGEHEM (dir.), Dictionnaire des littératures, Paris, Presses Universitaires de France, 1968, pp. 1204-1206.

Kees SNOEK, “Révolte contre le destin. L’amitié Malraux - Du Perron”. In : Présence d’André Malraux. Cahiers de l’Association Amitiés Internationales André Malraux, no. 2, hiver 2001-2002, p. 56-75.

BernaertsCover.jpg

Un exemplaire de la rarissime édition originale du début d'E. Du Perron sera mis aux enchères chez Bernaerts à Anvers, le 10 mai:

Manuscrit trouvé dans une poche. Chronique de la Conversion de Bodor Guíla, étranger. Publié tel quel par Eddy du Perron . Avec un portrait du Converti par Creixams: et un certificat Médical du Dr L. Grattefesces, s.l., n.d. [1923].

Habent sua fata libelli...

Le poète anversois Paul Neuhuys (1897-1984) fut un fin critique. Poètes d'aujourd'hui. L'orientation actuelle de la conscience lyrique (Ça ira, 1922) lui valut les éloges de Jean Cocteau, de Paul Dermée, de Guillermo de Torre, de Pascal Pia et d'André Salmon. Quant à Clément Pansaers, il se plut à constater que Neuhuys était le seul en Belgique à avoir osé rendre Dada ce qui lui revenait.

Le 7 octobre 1923 E. L. T. Mesens signale Manuscrit trouvé dans une poche à son ami Neuhuys: « On y parle de tes Poètes d'aujourd'hui. Étais-tu au courant de cela ? »

Le 17 octobre, Mesens écrit à 'son cher vieux' :

Je t'adresse par le même courrier ce fameux « manuscrit trouvé das une poche ». Je l'ai lu très attentivement : c'est assez dissolvant […]. Dans un autre genre je préfère au « manuscrit » en question cet autre [d'André Salmon, hfj] 'trouvé dans un chapeau' avec infiniment plus d'esprit. 

*

Dans Manuscrit trouvé dans une poche E. du Perron témoigne :

J'avais dans le train [en route vers Florence, hfj] deux livres : Poètes d'aujourd'hui : l'orientation actuelle de la conscience lyrique par Paul Neuhuys et un fascicule d'Action. Je les avais trouvés dans une librairie dont le directeur était un homme lettré et charmant. […] Il me trouvait toute une montagne de lecture moderne dont j'ignorais l'existence. […] Mon Dieu, je croyais connaître le terrain pourtant ! Erreur, – heureusement que j'ai le livre de Paul Neuhuys pour me guider. C'est un Belge, il a eu le temps d'observer […]. Voilà un homme qui semble comprendre, – il m'expliquera.

Du Perron et Neuhuys avait un ami commun : Pascal Pia. Le portrait du « converti » qui orne le Manuscrit trouvé dans une poche est de la main du peintre catalan Creixams, qui exposera à Bruxelles grâce aux bons offices d'E. du Perron.

Henri-Floris JESPERS, 'Du Perron à Bruxelles', in : Bulletin de la Fondation ça ira [Bruxelles], no. 23, 3ième trimestre 2005, pp. 1-5.

Bulletin23.jpg

Kees SNOEK, 'Eddy du Perron et Odilon-Jean Périer : un réseau de relations dans lesAnnées Folles', in : Bulletin de la Fondation Ça Ira [Bruxelles], no. 23, 3ème trimestre 2005, pp. 6-35.

 

Henri-Floris JESPERS, 'Mesens et Neuhuys', in: Bulletin de la Fondation Ça Ira [Bruxelles], no 25, 1er trimestre 2006, pp. 23-29.

HFJ

Hôtel de Ventes Bernaerts, Verlatstraat 16-22, B 2000 Antwerpen.

Jeudi 10 mai à 20 h. Lot 1748.

T +32 (0)3 248 19 21

F +32 (0)3 248 15 93

info@bernaerts.be

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article