Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 04:52



Jumping from page to page of these contrasts, liking contradiction anyway, I find premonitory notes which deserved te be better know when they were written. If somebody smiles at them today, it will be with the superiority of the Invader justifiyng his conquests.

In this way, the re-birth of Poland or the creation of Czechoslovakia are events but not reality.

It is easy for us to remember History today, after the war followed by Yalta, which shared out Europe; nobody can tell me that de Gaulle condemned Yalta since in fact he accepted the invasion of Czechoslovakia, when he was extremely powerful in late 1968. However that may be, it is now 1973 and I am in Poland and this mixture of 1973 and Ça Ira! Comes quite naturally to me in the place where I am writing. Sentences like the one above and the following strike me enormously:

A few million Czechs, a few hundred thousand Slovaks and a majority of Germans, Little Russians, Poles and Hungarians form a vast circle of rivalries and hatreds through which Europe will contract many crises and suffer many disappointments.

The author of these lines, Paul Colin, holds theories which are rigorously wrong and shows that he understands absolutely nothing of Central Europe since he advances theories saying that Czechoslovakia does not exist, when this country has resisted Hungarians, Austrians, Russians and Germans for a thousand years:

Czechoslovakia does not exist – really, realistically. But in the illusion of creating it and the hope of achieving their present aims, some States with no real governments or rather some governments with no lucidity, no programme, have adopted the Czechoslovakia event and let themselves be madly guided by it.

It is true that this country was only one year old as an autonomous state, but how dangerous the thought of a programme remains since its only way out is by force.

This means that Ça Ira!, with its oppositions and its differences of opinion, is the perfect bystander. I have reached Number 6 of September 1920 (apart from the note on Picabia) and the review has not yet sprung into its real life. The confusion resulting from the 14-18 war and the suffering of Belgium means that people who were active at that time in 1920 Antwerp conceived a passion for the revolution in Russia, and some admired its ‘programme’, which more and more has proved to be only a ‘Big Brother’ of the world. And yet again I must quote te one who was to become pro-Nazi, Paul Colin, in this very place:

Having a programme is being reasonable. Being inspired by events puts oneself under the control of the passions that engender them, it is being sentimental (or opportunist). It demands a theory of inchoherence or abdication, and completely despises the supreme necessities of political, social and economic life, of the progress of States and of the State.

Henri CHOPIN

Collection OU, 7, Ingatestone, Essex, 1977.


Repost 0
Published by ça ira! - dans Dada
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 04:03

I have pleasure in quoting entirely, way beyond politics, Paul Joostens’ poem ‘In April’ – a painter and poet practivally unknown outside Belgium, whose importance, at least for the years 1917-1925, is equal to Kurt Schwitters and parallel to the great Dada successes:

In April

Thursday morning, nine o’clock. I jump out of the

mouth of a monster. It’s raining and the book of

life is grey grey in my lungs. My bowels work like a

rusty machine; the engine is broken, and my brain

is spitting slobber.

Today I’ll visit St. Mary’s Hospital, in the village.

A soldier has got lost and he’s following me.

On a column you can read: I am rotting through immaculation.

An old noble leaves his mistress.

I’ve seen the lonely wooden soldiers lined up for review.

Guns.

There are a lot of women in the street; there may be

dogs, carts and trams.

Brother, we are God’s true dogs.

Our Lord’s Vicars stroll along the boulevard;

Perspective breviary.

The pipes flap in the wind.

It is midday. Everyone automatically goes

towards the white tablecloth.

Cousins, nieces, servants, apprentices,

seminarists, nurses, ladies in cloaks, tarts,

tinned-food dealers, everybody who eats. They

swallow saurkraut. They order fruit. They wolf it down.

The cloth is white.

The trams glide by for 15 centimes. A bosom

Shows its cleavage. An English lady in a taxi. Handle.

I buy a book. They ice-skate. Waltzes.

Figures. Curves. Pirouettes.

I love the grandiose kilometric proportions.

I love the luminous spiral.

At twilight they are seated. Ciné. Couples

dive silently.

A car draws up at a bar. Barmaid:

lust.

The Philips lamp buzzes. Night. The monsters

of sleep await.

That is why I must read all of this re-publication, without wondering whether for my notes somebody has been forgotten, somebody else has had no future, or another has deliberately sought the limelight.

The quarrels of poetic synthesis with political anecdotes are constantly illuminated, confronting those who believe in the Russian revolution or those who with all their might call for the dictator-ship of the proletariate, or else you can read ready-made formulae like ‘unite’, whilst on the other hand you find the myth-destroyers like, Clément Pansaers, the only Belgian Dada, wo died in 1922, already recognised by Ça Ira!, or Picabia, whom U have already mentioned.

You can find there passionate flashes of light or errors which are often pleasant, as in Georges Marlier, for instance:

And that is why it is absolutely indispensable to oppose ruthlessly these false modern artists, more harmful than vulgar impressionist painters, who at least have the merit of cynically displaying the poverty of their thought and the platitude of their inspiration.

I like the old-fashioned term of ‘vulgar painters’ as I find impressionism so old-fashioned and yet at such fabulous prices. But what is assumed to be an error by Georges Marlier does not seem to be a mistake to me.

Henri CHOPIN

Collection OU, 7, Ingatestone, Essex, 1977.

 

Repost 0
Published by ça ira! - dans Dada
commenter cet article
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 20:40

À l’occasion de son 80ième anniversaire, Bob Mendes à été reçu par le bourgmestre Patrick Janssens à l’Hôtel de ville d’Anvers.

De gauche à droite: l'éditeur Wim Verheije, l'échevin Philip Heylen, Jenny et Bob Mendes, X, le bourgmestre Patrick Janssens. Photo: Kris Kenis (c) SABAM

Traduit en américain, en allemand, en espagnol, en japonais, en bulgare et en tchèque, Mendes occupe une place toute particulière dans le paysage du roman policier flamand. Fort prisé en Hollande, il sera par deux fois titulaire du Gulden Strop : en 1993 (Vergelding ; tr. américaine : Vengeance, 1995) et en 1997 (De kracht van het bloed ; trad. allemande : Die Kraft des Feuers, 2000).


En Flandre, Medeschuldig est couronné en 2004 par le Diamanten Kogel, le prix annuel dont le trophée est conçu par l'artiste conceptuel Wim Delvoye.

En 1995, après Hugo Claus, Cees Noteboom et Gerrit Kouwenaar, Bob Mendes enregistre, dans le cadre du projet World Literature on Tape, une lecture à la Library of Congress à Washington.

Deux romans de Mendes sont traduits en français. Un quart de siècle de passion et de vengeance, c’est ce que nous propose La Force du feu. Évoquant avec finesse les luttes d’influence qui déchirent le Moyen-Orient avant la chute du Shah d’Iran, Mendes déroule tous les fastes de la tragédie. Présenté comme thriller, il s’agit plutôt d’un passionnant roman de politique fiction de grande envergure, écrit  avec maestria dans un style haletant et précis. Par l’étendue et la précision de sa documentation (notamment dans le domaine du zoroastrisme) et son sens architectonique de la construction, il s’apparente tout naturellement à des maîtres du genre tels que Ludlum, Clavell et surtout Forsyth, lequel a déjà fait appel à Mendes pour une anthologie américaine.

Les diamants du sang  se déploie à un train d’enfer dans les milieux diamantaires, entre Anvers et l’Afrique du Sud. Une fois le livre refermé, mine de rien, on sait tout du diamant et des trafics dont il fait l’objet pour financer les guerres qui déchirent l’Afrique. On a également l’impression de connaître Anvers et Johannesburg comme si on y était né. Passionnant de bout en bout, porté par l’action, le suspense et un style plus maîtrisé que jamais, il est aussi nourri de personnages bien campés, attachants et à la psychologie finement observée, d’un humour très présent et de plusieurs intrigues croisées, dont deux grandes histoires d’amour.

Les traumatismes de la Seconde guerre mondiale, l’analyse des fonctionnements fascinants mais pervers du pouvoir et une implacable critique sociale constituent les thèmes sous-jacents de l’oeuvre de « ce maître flamand du thriller » (dixit Jacques Hermans dans La Libre Belgique), auquel Henri-Floris Jespers a consacré un essai.

Présentation de Bob Mendes. Meester in misdaad (2005). De gauche à droite: Jenny Mendes, Pruts Lantsoght, Luc Neuhuys, Henri-Floris Jespers, Bob Mendes, Frank van den Auwelant, Axel Daeseleire.

Bob MENDES, La force du feu, Avin, Éditions Luce Wilquin, 2002, 473 p., 24 €. ISBN 2-88253-163-X

Bob MENDES, Les diamants du sang, Avin, Éditions Luce Wilquin, 2004, 376 p., 22 €. ISBN 2-88253-248-2

Henri-Floris JESPERS, Bob Mendes.Meester in Misdaad, Antwerpen, Manteau, 2005, 119 p., 9,95 €.ISBN 90 223 1913 X

 

www.mendes.be

 

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 02:57

This particular reflection seems obvious to me when I read:

The only thing that interested me fot a moment about the Russians was the Revolution, but it only lasted a faw weeks and now they have the same “bourgeois family” way of thinking as we do here. The Revolution destroyed Tsarist inanities only to replace them with other absurdities which seem to us to have the same opportunist exaggerations as those conceived by the autocratic capitalism of the imperial government.

Moral and physical happiness (extract)

Francis Picabia, July 2nd 1921, 10 a.m.

Why didn’t they see it at the time! With Ça Ira! I find a review that still corresponds with myself in the field of the arts and through politics, and I have great pleasure in noting what Willy Koninckx could publish in 1920 in the Number 1:

The epithets: romantic, impressionist, futurist, cubist, simplist, etc. are laughable; there is no romanticism, there is no impressionism, there is a man. There are not a few men, there are millions of men and every one of these men has a heart, a life.

Does this still have to be repeated, especially as these collective labels, these so-called groups are a camouflage for reality?

Of course, after fifty years of experience loaded with horror, certain aspects of Ça Ira! seem naive, and yet the questions are put, and well put, even in the article by Nico Bunt: ‘The Lightening Horizon’:

Yet, I remember rightly, bourgeoisie, too, has had its revolution: countless heads chopped off during the Terror prove this (which does not mean, however, that the Revolution was not an admirable achievement). But this Tiers Etat, that used to be oppressed, has today become the oppressor: it remembers 1792 and fears the ‘sovereign people’ will mete out the same treatment as was formerly inflicted on the ‘            aristocrats’.

And for the author’s conclusions, after half a century they seem the result of a feeling of protest rather than of constructed thought.

And yet, I can’t help laughing – with no great merit – with hindsight at sentences such as the ones I read in 1973 about the book Poets against the War, when Wily Koninckx says:

They (Flanders and Wallonie) have just escaped from the frightful trap laid for them by world imperialism...

or else

The dead live. They fell, glorious in their sacrifice.

It was frightful, of course. The ‘glorious’ only helped the blacklegs.

This review of which we can give only a glimpse, always contains sentences and lines that now seem aggressive to us in their strenght bound up in the soil:

I hear there in the offices

The cold-skinned old men

Multiply and grow

For the armies of the future.

Couldn’t I have understood that as the inspiration of Michel Debré – cold-skinned! – asking for a hundred million Frenchmen! Come, come, don’t be nasty, now! In fact these lines come from René Arcos in his poem ‘1916’ – another of his poems published in Ça Ira! was ‘banned by the Censor in 1917’. It was called ‘January 22, 1917, Message from President Wilson’.

Ça Ira! had no scruples in publishing, hardly two years after a great massacre for which only the politicians, whatever their party, were to blame, ‘A Kid’s Dream’, also by Willy Koninckx, from which I quote an extract characteristic of the whole:

The final result of the battle was sad. The manufacturers of coffins did not stop production and the schoolmasters, pedantic and finical, declaimed to their pupils the glorious sacrifices and the heroic deaths of obscure soliders.

Burning with questions of the moment, this review piles up clichés, much the same as those used by Georges Pompidou making an election speech to the French people. I quote what Georges Marlier wrote about France:

The most widespread of these ready-made formulae is the one that affirms dogmatically that France is the country of ‘the well-lined stocking’ and that ‘property is much divided there’.

An exasperating review for anyone who hides his ‘lust for power’ behind a cloak of conventional morality. Ça Ira! states and denounces, spreads its registers, as Paul Neuhuys says in 1973 for the complete republication of the review:

Ça Ira! had no other claim than to let some air into our house, to cross frontiers, to know the world.

And the review can do it, in its choices and its articles, its research.

Henri CHOPIN

Collection OU, 7, Ingatestone, Essex, 1977.

Repost 0
Published by ça ira! - dans Dada
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 02:39

Jacques Lacomblez
Pages de Mégarde
Illustrations et couverture de Jean-Claude Charbonel.

Qu'il s'agisse de feuilles éparses jetées aux vents ou de faire feu de tout bois, Jacques Lacomblez ne se départ pas d'une humilité qui lui fait honneur, parmi ces quelques copeaux de poème, naviguant entre la raideur de l'aphorisme et l'art éphémère du fragment. Tout est dit dès les premières lignes, avec cette notation tremblant d'ironie contre son propre art : « L'esprit de provocation est souvent semblable à un casque ancien de Prusse armé d'une seconde pointe dirigée vers l'intérieur ». En effet, manier ainsi l'aphorisme, c’est lancer une pointe ulcérée qui entrave le réel certes, mais qui se retourne aussi et surtout contre son auteur, comme pour aller jusqu'au bout de l'esprit des mots. L'élan poétique est ainsi libéré, en avant et contre tout, en un mélange de frivolité et d'ironie, dans ces aphorismes acides et parfois très beaux : « "L'enfer, c'est les autres". Soit. Mais ceux-ci, partis, vous laissent toujours une boîte d'allumettes, soit en prétexte de leur retour, soit pour que vous vous brûliez les doigts dans la solitude. » Cela ne fait bien sûr qu’augurer de la suite de ces quelques notations…
Il fallait un inventeur (et gardien) de mythes comme Jean-Claude Charbonel pour épouser cette minéralité du sens et du mot, qui affleure si souvent dans l’écriture de Jacques Lacomblez. Ici, aucun semblant – vrai ou faux – d’illustration, mais une sorte d’itinéraire simultané, quasi fusionnel, où un Armor universel dresses ses roches rituelles, peuplées parfois de « naturels » narquois, et « résonne avec » (comme le luth du Tao) les deux versants de cet ouvrage de Lacomblez : l’un tout de réflection poétique, l’autre hérissée de provocations et de pointes ironiques plus douloureuses qu’agressives.

82 pages, 15x21 cm., avec 15 illustrations inédites et une couverture couleurs de Jean-Claude Charbonel. ISBN : 978-2-9531333-0-1

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir Le tirage courant : 10 €

Le tirage d, e tête :
Trente exemplaires signés par les auteurs avec une estampe numérique numérotée et signée par Jean-Claude Charbonel, 40 €

Pour commander l'ouvrage:
Le Grand Tamanoir, 17, rue Jeanne d'Arc, 58000 Nevers, France.
tamanoir@infosurr.net
www.infosurr.net/grand-tamanoir

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 04:40

Raphaël Sorin, amateur attentif des avant-gardes vivantes qui connaît bien les espaces belges, consacre une partie de son blogue du 24 avril 2008 au général situationniste. Il n’est pas le seul en France à supposer, à tort d’ailleurs, que Piet de Groof est un dernier pseudonyme de Walter Korun :

Plus inoffensif que Degrelle, un autre personnage, né en 1931, a fait carrière dans l’armée de l’air belge où il a atteint le grade de général. Sous un pseudonyme, Walter Korun, il avait adhéré à l’Internationale situationniste dès 1957. Mêlé également à plusieurs avant-gardes, il fréquenta Hugo Claus, Pierre Alechinsky, Christian Dotremont. Exclu de l’I.S., il continua à piloter des avions et, sous un dernier pseudonyme, Piet de Groof, a enfin accepté de raconter sa brève incursion du côté de Guy Debord dans un ouvrage magnifiquement illustré qui paraît chez Allia.

Soumis à la question par Gérard Berréby et Danielle Orhan, il revisite ces années confuses et brillantes où la Belgique faisait le lien entre Paris, le Danemark et Amsterdam. Critique, animateur de revues, rien d’essentiel ne lui a échappé. Il célèbre Asger Jorn, «le grand homme, avec une présence extraordinaire», évoque Ensor, «il vivait avec sa maman, sa tante et sa sœur», propose ironiquement un Debord inattendu, «un très bel et gentil homme qui, même s’il s’exprimait peu, parlait extrêmement bien», et, sur mai 68, dit l’essentiel : «J’étais pour.»


 


Piet de Groof n’est pas « un dernier pseudonyme ». Je le connais depuis de nombreuses années (in illo tempore, il m’a prêté avec la spontanéité qui le caractérise son uniforme de général pour une dérive ludique...). Élève polytechnicien, il a effectivement animé, sous le pseudonyme de Walter Korun, la feuille littéraire irrévérencieuse Taptoe, dont les rarissimes exemplaires ronéotypés sont recherchés par les amateurs. L’influence de cette revue dans l’évolution des lettres néerlandaises de Belgique justifie d’ailleurs pleinement une réédition.

Malgré son état de santé précaire, Piet de Groof a participé le 24 avril à une table ronde au Théâtre-Poème à Bruxelles (cf. e.a. notre article du 10 avril). Malheureusement, vu la mollesse nonchalante du modérateur (Laurent Six) et la véhémence égocentrique et autoritaire d’Anatole Atlas, son témoignage a été étouffé. Grâce à des interventions discrètes et nuancées mais pertinentes, Gérard Berréby, l’animateur des éditions Allia, a heureusement sauvé la mise.

Les questions pourtant judicieuses de Robin de Salle, directeur de la revue Connexion, qui consacra plusieurs articles au général situationniste, furent ignorées et noyées sous la logorrhée verbale de Monsieur Lippert / Atlas, dont les livres (qu’il convient d’ailleurs de vivement recommander ici), ne sont édités que grâce aux subventions de l’establishment, faut-il le souligner...

 Henri-Floris JESPERS

 

 http://lettres.blogs.liberation.fr/

http://revueconnexion.over-blog.com/

http://mededelingen.over-blog.com/

Repost 0
Published by ça ira!
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 02:16

Paul Neuhuys: linocut by Luc Boudens (2000)

In fact I am learning Neuhuys with Neuhuys, walking with him, his poems, his publications, his participation in musical demonstrations, in exhibitions which, with Ça Ira! , were extremely lively.

I am also going to stress publications that were parallel to Dada, not because Paul Neuhuys belonged to Dada, not because it is fashionable, (it never will be) but because my own research attracted a certain number of authors who created Dada in 1916 and 1918, as well as Pierre Albert-Birot, who created the review SIC, and Jacques Costine, one of the founders of the review Contimporanul in Bucarest in 1920. In fact all this older generation saw somethingh new in my reviews.

You must also accept the fact that I can speak in my own name, as I hate the hypocritical “we” used in knowledgeable studies of the past, however recent; I am in fact taking it on myself to talk about Paul Neuhuys and Ça Ira!, not because I want to play a part, but rather to make up what has been neglected: this author and his review, because the Belgians were left outside the considerable dynamic movement that took place in the first half of the century – as shown in the reviews Nord-Sud, SIC (sons, idées, couleurs), Contimporanul, Zenith, Ma, the various Dada publications, Maintenant, Het Overzicht (another forgotten Belgian), Littérature, de Stijl, Vorticism, etc, to which I do not hesitate to add Ça Ira!.

Whoever wants to understand the twentieth century must travel through these reviews, not along the official paths of Mauriac, Valéry, Gide, Martin du Gard, the commitments of Malraux or Aragon and so many others who are no more than bystanders, except for Louis-Ferdinand Céline, James Joyce and Kafka, who, in their personal research, were in their time syntheses of an absolutely new world, through a receptivity proper to release a new age and to cleave to it.

As for Paul Neuhuys, his poetic work is closely linked to his need for publication; he is no writer for the writer, he looks around and takes the risk of publishing other poets and essayists, with considerable success.

And now, after a closer view, I have seen what is proper to Paul Neuhuys. I am beginning to see the poet, precious, fragile, light, ironical, held by some kind of need for love (not in the mystical sense, not with a great deal of fuss) real, tangible, solid love inasfar love distrusts words, since it would rather simply be made, just as real poetry, which has no other definition, is made.

I have seen Paul dancing, light and airy, leaping “out of the worlds of fury” to add to this article some of his own words. I met him more than ten years ago; undoubtedly he was there expecting us.

I saw that he was unique, he isn’t boring, he has enjoyed life to the full, he has avoided boredom, even when he was making cigars, his “job”, as they say.

And I know that, whether, grave, serious, light, superb, withdraw, vigilant, curious, attentive, loving, open, generous, passionate, laughing, sad, commited, musician, delighted, young or rich, I know that in all that he is everywhere, in his indefinable presence and that he is striving to be only himself, while he brings into his thirst for life poets as contrasted as Henri Michaux, Blaise Cendrars, Paul Joostens, Floris Jespers, Michel de Ghelderode, Jean Paulhan, E. L. T. Mesens, Clément Pansaers, Marcel Mariën, who are his familiar companions.Henri Michauw, Blaise Cendrars, Paul Joostens, Floris Jespers, Michel de Ghelderode, Jean Paulhan, E. L. T. Mesens, Clément Pansaers, Marcel Mari

The great merit of the Jacques Antoine éditions in Brussels in publishing the twenty numbers of Ça Ira! (1920-1923) is not simply a recognition of something. This publishing house illuminates the first half of the century whose store of wealth is still so badly know. [...]

In any case, going through the twenty numbers of Ça Ira! is no small matter. It was astonishing reading. Whereas many of the reviews of the same period have become (with the exception of Dada) artistic domains even when anti-Art, Ça Ira! today would be called ‘left wing’, as this label is so generally used to condemn anyone who challenges either the Soviet traditionalism – just an example – or the extreme conservatism that hides Watergate from us.

Henri CHOPIN

Collection OU, 7, Ingatestone, Essex, 1977.

Repost 0
Published by ça ira! - dans Dada
commenter cet article
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 07:06

Sculpteur, peintre, poète et écrivain, Gust Gils, également  compositeur, parolier, auteur dramatique et traducteur, voit le jour à Anvers le 20 août 1924 et meurt à Essen le 11 novembre 2002. Son premier recueil de poèmes Partituur voor vlinderbloemigen (Partiture pour papilionacées) paraît en 1953.

Co-fondateur et collaborateur de la revue littéraire d’avant-garde Het Cahier (Le Cahier), il participe également avec les poètes Hugues C. Pernath et Paul Snoek et le dramaturge Tone Brulin à la création de la revue expérimentale Gard Sivik, organe de la génération dite « de 55 ». Il quitte cependant la rédaction quand la revue s’engage dans une poétique par trop tributaire du « nouveau réalisme ». Outsider, il ne fera plus partie d’aucun groupe.

Privilégiant le rythme plutôt que l’harmonie, il explore systématiquement dans ses expérimentations « verbosoniques » la zone d’ombre entre poésie et musique. Il collabore avec l’I.P.E.M. (Instituut voor Psychoacustica en Elektronische Muziek, Institut de Psychoacoustique et de Musique Électronique) à l’université de Gand.

Adepte d’une prose particulière qu’il baptise « paraprose », il précise que le préfixe « para » implique tout aussi bien la parabole, le paranormal et la paranoïa. Précurseur de la poésie de podium et du slam, bête de scène, il pratique avec bonheur l’art de la performance.

Vive, rapide et assassine, la poésie de Gust Gils oppose un bon sens désarmant à la folie d’une société dont il dénonce allègrement les valeurs tout autant momifiées que mortifères. À moins que cette poésie ne confronte le solide bon sens du Flamand – l’homme-redigonte, disait Van Ostaijen – à la joyeuse salubrité de l’absurde. C’est que Gils participe à la fois, et tout naturellement, d’un solide réalisme corrosif et d’un indécrottable terrorisme idéaliste. L’homme précaire, menacé par la technique,  est au centre de ses « paraproses », courts récits dans la tradition des grotesques allemands et de Van Ostaijen, dont il est, sur ce point et avec Marcel Wauters, le seul continuateur.

Ce n’est pas par hasard que Gils et Freddy de Vree, alors qu’ils dirigent l’Institut de Pogo$ophie, traduisent Le Cardinal Pölätüo de Stefan Thermerson. C’est chez ce dernier que Gust Gils rencontre Henri Chopin en 1967. Gils n’est pas resté insensible à l’évolution des « poèmes ouverts ». Dans son ouvrage de référence, Poésie sonore internationale, Chopin souligne que Gils  utilise sa voix, « mais on ignore la manière dont il procède ». Il était effectivement très secret.  

« J’utilise exclusivement des sons vocaux sans volonté sémantique », disait-il. Gils voit dans le poème sonore un moyen de briser l’isolement du poète. À la fin des années soixante, il collabore aux fameux festivals Text Sound Composition de Stockholm.

L’œuvre de Gils se présente comme un de ces cabinets de curiosité, voire de ces musées des horreurs, dont l’inventaire ne peut provoquer que trouble et fascination. Auteur prolifique et protéiforme, Gils est nettement plus apprécié aux Pays-Bas qu’en Flandre. Son œuvre sera néanmoins couronnée en 1996 par le Prix triennal de la Communauté flamande.

Sous des allures bourrues et parfois bougonnes, il masque une sensibilité aux abois. Loyal en amitié, fidèle à ses convictions, refusant toute concession, Gils est un modèle de probité littéraire. Il ne fréquente pas les cénacles à la mode et l’esprit de chapelle lui est totalement étranger. Ce timide est trop sensible pour ne pas avoir les gendelettres en sainte horreur, ce solitaire était trop intègre pour faire les courbettes que l’étiquette littéraire impose. Pourquoi lui aurait-il fallu jouer le jeu, alors que le jeu poétique était à sa poigne ?

Quand les idoles du marché seront bien oubliées, l’œuvre de Gils, bloc erratique, dominera de haut un paysage renouvelé.

HFJ

Nous ne te verrons pas, illuminante paix. Poésie et politique, Orion, 1976.

Poésie flamande d’aujourd’hui, Actes Sud, 1986.
Prose flamande d’aujourd’hui, La Longue vue, 1988

Ici on parle flamand & français. Une fameuse collection de poèmes belges, Le Castor Astral, 2005.

&

Paul Buyck, Gust Gils: toujours contemporain, in Septentrion XXIV, 3, 1995, pp. 77-78.

 

 

 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by ça ira!
commenter cet article
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 05:47

 

Henri-Floris Jespers et Paul Snoek au VECU, ca 1973

Bien qu’à l’opposé l’un de l’autre, Paul Snoek et Hugues C. Pernath firent figures de frère siamois durant quelques années. Extraverti, imprévisible, turbulent, provocateur et querelleur, Snoek représente l’aisance, dans toutes les significations du terme, qui fait défaut à Pernath, poète tourmenté qui chante la faillite, la blessure, la défaite, sinon l’impossibilité de communiquer.

Né en 1933, à St-Nicolas-Waas, en Flandre-Orientale, le poète, peintre et prosateur Snoek, de son vrai nom Edmond Schietekat, est également homme d’affaires dans le textile, puis dans le bâtiment. Avant de s’engager dans Gard-Sivik, il collabore à la revue De Tafelronde (La Table ronde). Avec Archipel en 1954, il débute dans la foulée des poètes expérimentaux et publie coup sur coup des recueils qui attirent l’attention de la critique : Noodbrug (Pont provisoire) en 1955, Aardrijkskunde (Géographie) en 1956, Tussen vel en vlees (Entre chair et peau) en 1956, Ik rook een vredespijp (Je fume un calumet de la paix) en 1957.

En 1957, Paul Snoek effectue son service militaire et vit très mal le rapport avec l’autorité. Durant cette période, l’adjudant-chef Wouters (alias Hugues C. Pernath) et le soldat-milicien Snoek s’écrivent des poèmes en prose. C’est la rencontre du soleil et de la lune... Cette correspondance sera publiée en 1961 sous le titre Soldatenbrieven (Lettres de soldats).

Snoek maîtrise le métier. Une poésie vitaliste, sensuelle, ironique et iconoclaste se déploie sans entrave dans ses recueils suivants : De heilige gedichten (Les Poèmes sacrés) en 1959, Hercules (Hercule) en 1960, Richelieu en 1961, Nostradamus en 1967 et De zwarte Muze (La Muse noire) en 1967.

Si Pernath, en dandy stoïque, promène sa solitude, Snoek est l’enfant gâté, perpétuellement insatisfait, exigeant tout, et immédiatement. Doté d’entregent, Snoek connaît l’art de manipuler les médias. Depuis les années 50, il pratique une peinture proche de Cobra et expose régulièrement dans les années 70.

En 1971, il publie un cycle remarquable de poèmes d’amour, Gedichten voor Maria Magdalena (Poèmes pour Marie Madeleine) et des Gedrichten qui marquent un tournant dans son œuvre. (« Gedrichten » est un mot-valise difficilement traduisible, jouant sur « gedichten », poèmes et « gedrochten », monstres.) En 1972, il est élu membre de la société anversoise Pink Poets. L’année suivante, il publie Ik heb vannacht de liefde uitgevonden (Cette nuit j’ai inventé l’amour) et Welkom in mijn onderwereld (Bienvenue dans mon territoire souterrain – « onderwereld » dénotant à la fois les enfers et le milieu, dans le sens de « la pègre »). Son dernier recueil, Schildersverdriet (Chagrin de peintre) paraît en 1982.

Prosateur sous-estimé, Snoek publie en 1971 Bultacco 250 cc, titre en référence à une moto éponyme, affublé du casque réglementaire et enfourchant la moto fétiche, créée par l’Espagnol Francisco Bulto en 1962. Kwaak en Kruipdieren (Garrots et reptiles) paraît en 1972.  Snoek qualifie son meilleur livre de prose, Een hondsdolle tijd (Une époque enragée), paru en 1978, de roman, mais il s’agirait plutôt de mémoires, un document essentiel pour appréhender l’esprit d’une époque révolue. Victime d’un accident de voiture, Paul Snoek meurt à Egem en 1981.

Arkprijs van het Vrije Woord (Prix de l’Arche de la Libre Parole) en 1963, Prix triennal de poésie de l’État en 1967.

HFJ

 

Anthologie de la poésie néerlandaise. Belgique 1830-1966, Aubier, 1967 ;

Un bouquet de 50 poèmes néerlandais, Orion, 1975 ;

Les Lettres Nouvelles, n° spécial (Écrivains néerlandais. Pays-Bas / Belgique flamande), Paris, avril-mai 1975.

Poésie flamande d’aujourd’hui, Actes Sud, 1986 ; Ici on parle flamand & français. Une fameuse collection de poèmes belges, Le Castor Astral, 2005.

&

Lionel Deflo, « Le poète Paul Snoek », in Septentrion VII, 3, 1978, pp. 21-26.

Willy Devos, « Paul Snoek, l’insaisissable », in Septentrion XV-3, 1986, pp. 83-84.

 

 

Repost 0
Published by ça ira!
commenter cet article
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 04:21

Militaire de carrière, libraire, comptable,  Hugues C. Pernath,  pseudonyme de Hugo Wouters, est né en 1931 à Borgerhout, district d’Anvers. Poète, peintre et traducteur, il collabore à Het Cahier, qui publie ses premiers poèmes au début des années 50. Nourri de littérature française, de Prévert et des surréalistes en particulier, il est une figure charnière de la seconde génération expérimentale, bientôt regroupée dans la revue Gard-Sivik.

Fortement perturbé par une situation familiale tendue, le jeune Wouters est expédié par son père à l’armée en octobre 1947. Il s’y lie d’amitié avec le peintre abstrait Dan Van Severen, à l’époque officier de carrière. Caserné à Malines, il fait également la connaissance du peintre hard edge Guy Vandenbranden. Rétrospectivement, Hugo Wouters considérera l’armée à la fois comme son exil intérieur et une université populaire.

En 1957, Paul Snoek effectue son service militaire et vit très mal le rapport avec l’autorité. Durant cette période, l’adjudant-chef Wouters et le soldat-milicien Snoek s’écrivent des poèmes en prose. C’est la rencontre du soleil et de la lune... Cette correspondance sera publiée en 1961 sous le titre Soldatenbrieven (Lettres de soldats). Paru en 1963, Instrumentarium voor een winter (Instrumental pour un hiver) rassemble trois recueils de Pernath, publiés de 1958 à 1960, poèmes hermétiques à la diction hachée, jouant sur l’ellipse et la déconstruction de la syntaxe. Se délestant d’une écriture lyrique, parfois occulte, Pernath s’exerce, à une poésie plus révélatrice dans Mijn gegeven woord (Ma parole donnée, 1966) puis dans Mijn tegenstem (Ma contre-voix, 1973). Soigneusement codée, en filigrane dans son œuvre antérieure, l’anecdote autobiographique désormais surgit, domine. La rhétorique apparaît ensuite plus sombre et conjuratoire dans ses Nagelaten gedichten (Poèmes posthumes, 1976).

Pernath est profondément marqué par sa visite au camp d’Auschwitz. Il traduit des poèmes du romancero de la résistance espagnole, Délie de Maurice Scève et de nombreuses pièces de théâtre, jouées par le Koninklijk Nederlandse Schouwburg (Théâtre royal néerlandais) à Anvers, dont Tartuffe, Dom Juan et Le Malade imaginaire de Molière, Le Roi Lear de Shakespeare ou encore La Commandante Barbara de George Bernard Shaw et Le drame du Fukuryu Maru de Gabriel Cousin.

Pernath paraît à l’écran : dans De Grafbewaker (Le Veilleur du tombeau) de Harry Kümel en 1965, puis dans deux films d’Hugo Claus, De vijanden (Les Ennemis) en 1967 et Speelmeisje (La Femme-joujou) l’année suivante. En 1967, Pernath suit un stage à l’école de cinéma de Łódż, où il participe à des tournages et rencontre Wajda, Mikulski et Gogolewski. Il joue le rôle de croupier dans Ostatnia szansa (La dernière chance), épisode d’un feuilleton télévisé culte dans les pays de l’Est.

Pernath réalise des livres d’artistes avec Guy Vandenbranden, Vic Gentils et André Goezu et rédige des textes pour des catalogues d’exposition (Asger Jorn, 1972 ; Hans Bellmer, 1973).

Élu membre de la societé anversoise Pink Poets en 1972, Pernath en sera le premier « gouverneur », avant de s’éteindre subitement, le 4 juin 1975, sur la marche d’un club privé, où se tient une réunion du groupe.

Arkrpijs van het Vrije Woord (Prix de l’Arche de la Libre Parole) en 1961, prix de la Province d’Anvers en 1967, prix Jan Campert en 1974 et Prix triennal de l’État en 1977.

HFJ

 

Comme un personnage perdu, poèmes choisis par Henri-Floris Jespers, traduit du néerlandais par Jeanne Buytaert. [Hilversum], Éditions Kofschip-Kring, 1986, 84 p.

 

Anthologie de la poésie néerlandaise. Belgique 1830-1966, Paris, Aubier, 1967

Les Lettres Nouvelles, n° spécial (Écrivains néerlandais. Pays-Bas / Belgique flamande), Paris, avril-mai 1975.

Poésie flamande d’aujourd’hui, Actes Sud, 1986.

Poètes néerlandophones contemporains, Stichting Ons Erfdeel, 1992.

Le cycle “De Tien gedichten van de eenzaamheid” (Les dix poèmes de la solitude, Mijn tegenstem, 1963) est publié en trad. fr. sur www.lyrikline.org/

&

Georges Adé, « Le langage et la solitude. La poésie de Hugues C. Pernath », in Septentrion, XII, 2, 1983, pp. 16-18.

Willy Devos, « Hugues C. Pernath » », in Septentrion XVI, 4, 1987, p. 78.

 

Repost 0
Published by ça ira!
commenter cet article