Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 03:07

Articles in internationally reviewed scientific journals

Mus, F. (2010). Le dialogue entre la Belgique et la Russie. L’image de la Russie dans quatre revues littéraires de l’entre-deux-guerres. Textyles – Revue des Lettres Belges de Langue Française.

Mus, F., Vandemeulebroucke, K., D'hulst, L., Meylaerts, R. (2010). Lokaal, nationaal of internationaal? Een eeuw intra- en internationale relaties in België (1850-1950). TS. Tijdschrift voor Tijdschriftstudies.

Mus, F. (2008). Comment interpréter une revue? Quelques pistes de lecture. Contextes (4).

Mus, F. (2008). Onderzoeksberichten. TS. Tijdschrift voor Tijdschriftstudies (23), 64.

Mus, F., Vandemeulebroucke, K., Van Humbeeck, B., Van Nuijs, L. (2008). Introduction. Contextes (4).

Mus, F., Vandemeulebroucke, K., Van Humbeeck, B., Van Nuijs, L. (2008). Inleiding. Contextes (4).

Van Nuijs, L., Mus, F., Vandemeulebroucke, K., Van Humbeeck, B. (2007). De diversiteit van een medium. TS. Tijdschrift voor tijdschriftstudies, 22, 54-59.

Mus, F., Meylaerts, R., D'hulst, L. (2007). Sire, y a-t-il des Belges? Un siècle de relations littéraires intra- et internationales en Belgique (1850-1950). Textyles – Revue des Lettres Belges de Langue Française, 32, 224-234.

Articles in other scientific journals

Mus, F. (2007). Elskamp, entre rêve et réalité. Romaneske (3), 6-8.

Mus, F. (2007). Less is more. Kuifje volgens Jan Baetens. Romaneske (4), 3-8.

Mus, F. (2006). Denken is leven. Portret van Gli Indifferenti (Alberto Moravia). Romaneske (3), 10-12.

Mus, F. (2005). "Snake Eyes." François Weyergans, Prix Goncourt 2005. Romaneske (1), 8-10.

Books, internationally recognised scientific publisher; as editor

(2011). La traduction dans les cultures plurilingues. (Mus, F., Ed., Vandemeulebroucke, K., Ed., D'hulst, L., Ed., Meylaerts, R., Ed.). Arras: Artois Presses Université.

(2008). L'étude des revues littéraires en Belgique: méthodes et perspectives. (Mus, F., Ed., Vandemeulebroucke, K., Ed., Van Humbeeck, B., Ed., Van Nuijs, L., Ed.).

Luckács, A., Ringmar, M., Consolaro, A., Valentini, C., Demeyer, C., Charalampidou, P. (2007). Selected Papers of the CETRA Research Seminar in Translation Studies 2006. (Mus, F., Ed.). http://www.kuleuven.be/cetra/papers/papers.html.

Other published books; as editor

Franzelli, V., Holobut, A., Robert, I., Timarova, S., Eraslan Gercek, S., Mus, F., Pacheco Pinto, M., Yannakopoulou, V., Guo, T., Boulogne, P., Shlesinger, M. (2008). Translation and Its others: selected papers of the CETRA Seminar in translation Studies 2007. With an introduction by Miriam Shlesinger. (Boulogne, P., Ed.). http://www.kuleuven.be/cetra/papers/papers.html.

Mus, F. (2010). Internationalisme et identité littéraire dans la revue anversoise Lumière (1919-1923). In: Bainbrigge S., Charnley J., Verdier C. (Eds.), Francographies - Identité et altérité dans les espaces francophones européens (pp. 115-128). New York, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, Oxford, Wien: Peter Lang.

Mus, F., Roland, H., Van Mole, D. (2009). Discours internationaliste et conscience identitaire des échanges culturels : l’exemple belgo-allemand (Der Sturm, Résurrection). In: Bru S., Baetens J., Hjartarson B., Nicholls P., Orum T., van den Berg H. (Eds.), Europa! Europa? The avant-garde, modernism and the fate of a continent (pp. 267-282). Berlin: Walter de Gruyter GmbH & Co..

Mus, F. (2009). The image of English literature in Belgian avant-garde periodicals. In: Toremans T., Verschueren W. (Eds.), Cultural crossings, Exploring the nineteenth-century distribution of English literatures in the Low Contries. Leuven: Universitaire Pers Leuven.

Mus, F. (2008). Internationalization in Belgian Periodicals after WW1. Outline of a research project. In: Translation and Its Others. Selected Papers of the CETRA Research Seminar in Translation Studies 2007. Leuven: CETRA-papers.


Meeting abstracts, presented at international conferences and symposia, published or not published in proceedings or journals

Mus, F. (2009). (poster) Literature, internationalisation and translation in Belgian literature after World War 1. . The known unknowns of Translation Studies. Leuven, 28-29 August 2009.

Mus, F. (2009). Internationalisation dans la littérature belge au lendemain de la Grande Guerre : une lecture sociocritique. . Les réseaux européens des revues littéraires (1909-1939).. Angers, 2-4 July 2009.

Mus, F. (2009). Le ralentissement de la traduction et ses conséquences. . Translation in multilingual cultures. Leuven, 20-22 May 2009.

Mus, F. (2009). Politique, héroïsme et littérature chez Paul Colin et dans "L'Art libre". Le héros, le traître et la hauteur des circonstances. Le héros, le traître et la hauteur des circonstances. Montreal, CA, 6-7 March 2009.

Mus, F. (2009). Een problematische haat-liefde verhouding? De doorwerking van de negentiende-eeuwse literatuur in enkele naoorlogse tijdschriften. . Naties in een spanningsveld. Tegenstrijdige bewegingen in de processen van identiteitsvorming in de negentiende-eeuwse lage landen. Antwerpen, 13-14 February 2009.

Mus, F. (2008). Utopisme in de Belgische literatuur na W.O.1: een casestudy. . Nederlands-Vlaamse studiedag. Leuven, 27 November 2008.

Mus, F. (2008). Impact, croyance, normativité. Mesurer le poids d'une revue à l'aide de L'art libre (1919-1922). Contextes (4). L'étude des revues littéraires en Belgique. Leuven, 29-30 May 2007.

Mus, F., Roland, H., Van Mol, D. (2008). Le dialogue interculturel des avant-gardes: le cas de la Belgique et de l’Allemagne pendant l’avant-garde historique. Europa! Europa? The avant-garde, modernism and the fate of a continent. Europa! Europa?. Gent, BE, 29-31 May 2008, 267-282.

Mus, F. (2008). Internationalisme et identité littéraire dans la revue anversoise "Lumière" (1920-1923). Francographies: Identité Et Alterité Dans Les Espaces Francophones Européens. 'Francographies': Identité et altérité dans les espaces francophones européens. Edinburgh, 14-15 March 2008.

Mus, F. (2007). Les revues littéraires francophones belges pendant la première Guerre mondiale. L'exemple des "Cahiers du front". . Les revues, laboratoires de la critique (1880-1920). Le Mans, 29-30-11-2007.

Mus, F. (2007). The image of English literature in Belgian avant-garde periodicals. Crossing Cultures: Nineteenth-Century Anglophone Literature in the Low Countries.. Cultural Crossings: Exploring the Nineteenth-Century Distribution of English literatures in the Low Contries. Brussel, 16-11-2007.

Mus, F. (2007). An immaculate view. The function of translations in the process of writing literary historiographies. . Why translation studies matters. Ljubliana, SLO, 3-5 September 2007.

Mus, F. (2007). Paul Colin, entre peinture et littérature. . Ecrit(ure)s de peintes belges. Namur, 24-25 May 2007.

Meeting abstracts, presented at local conferences and symposia, published or not published in proceedings or journals

Mus, F. (2009). doctoraatspresentatie " 'Sire, y a-t-il des Belges?' A century of intra- and international literary relations in Belgium (1850-1950)". . CETRA-doctorandidag. Leuven, 01-04-2009.

Mus, F. (2007). doctoraatspresentatie " 'sire, y a-t-il des Belges?' un siècle de relations intra- et internationales en Belgique (1850-1950)". . CETRA-doctorandidag. Leuven, 16 March 2007.

Mus, F. (2007). doctoraatspresentatie " 'Sire, y a-t-il des belges?' Een eeuw intra- en internationale literaire relaties in België (1850-1950)". . doctorandidag. Leuven, 9 january 2007.

Reviews

Mus, F. (2010). review. In: Spiegel der Letteren: Tijdschrift voor Nederlandse Literatuurgeschiedenis en voor Literatuurwetenschap (2).

Mus, F. (2010). De onmetelijkheid van een foto. In: De Leeswolf, 95-96.

Mus, F. (2010). Tarmac (Nicolas Dickner). In: De Leeswolf (1), 19.

Mus, F. (2009). De baden van Kiraly ( Jean Mattern). In: De Leeswolf (9), 666.

Mus, F. (2009). Een Russische begraafplaats. In: De Leeswolf (4), 253-254.

Mus, F. (2009). Met zachte tred. In: De Leeswolf (8), 571-572.

Mus, F. (2009). De joker (Julie Wolkenstein). In: De Leeswolf (9), 670.

Mus, F. (2009). De anderen (Alice Ferney). In: De Leeswolf (3), 176.

Mus, F. (2009). Een ordinaire terechtstelling (Marc Dugain). In: De Leeswolf (5), 339-340.

Mus, F. (2009). Moreno (Brina Svit). In: De Leeswolf (2), 108.

Mus, F. (2009). De rijkste vrouw van Yorkshire (Fouad Laroui). In: De Leeswolf (4), 263.

Mus, F. (2009). Breuklijnen (Nancy Huston). In: De Leeswolf (1), 14.

Mus, F. (2009). review. In: Target: International Journal of Translation Studies, 21 (1), 170-173.

Mus, F. (2009). Mijn broer de enige zoon (Stéphane Audeguy). In: De Leeswolf (7), 496.

Mus, F. (2008). Nikolski (Nicolas Dickner). In: De Leeswolf (7), 502.

Mus, F. (2008). Gekkenhuizen. In: De Leeswolf (5), 336.

Mus, F. (2008). Mannen onder elkaar (Jean-Paul Dubois). In: De Leeswolf (7), 503.

Mus, F. (2008). review. In: Textyles – Revue des Lettres Belges de Langue Française (34), 126-127.

Other journal publications / miscellaneous

Mus, F. (2009). De verbeelding en de macht. Knack Magazine.

Mus, F. (2009). De littérature québécoise na 1945. De Leeswolf (1), 19-21.

This list is generated from Lirias and contains data from Lirias as it is entered and validated by the researcher.

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 04:32

Le site Feuilles d'automne, “coquecigrues d'un libraire d'occasion et de ses amis”, est bien connu des internautes. Le tenancier y démontre à souhait que rien n'est plus subversivement éclairant que le bon sens 'pataphysique...

Je lui laisse la parole.


Feuilles.gif

Pourquoi je ne reviendrai pas travailler en librairie de neuf

 

Parce que, pendant des années, j’ai été obligé de me gaufrer toutes les nouveautés qui passaient pour pouvoir en parler aux clients qui, de toute façon n’y prêtaient plus du tout attention, puisqu’ils me disaient presque invariablement : « Vous savez ?... mais si, le livre à la télé, hier soir ! »
Parce que la plupart des livres sont devenus moches, imprimés à la rotative avec des couvertures inspirées par des branleurs du marketing.
Parce que les clients du neuf achètent pour la couverture.
Parce que le sale con qui vous explique la vie, l’art, ou le « complot judéo-maçonnique » pendant trois plombes.
Parce que des livres idiots, jamais vendus, jamais pris en main, déballés, empilés et remis en caisse pour être retournés.
Parce qu’on n’a jamais le livre qu’il faut.
Parce qu’il faut commander le livre.
Parce que c’est trop tard quand il arrive.
Parce que le même sale con que plus haut qui tente de vous piéger sur la littérature, l’histoire, la vie, les mouches, etc.
Parce qu’un salaire de merde (même chose maintenant, mais j’ai pas de patron).
Parce qu’obligé d’endurer les rentrées littéraires avec toujours les mêmes sempiternelles inepties, les livres pas faits, les livres que c’est pas la peine, les livres indigents, honteux, calamiteux, crétins, stupides ou alors relevant de cette idiotie pathologique - de la stupeur ? - qui a cours dans les cénacles qu’on ose à peine qualifier de « littéraires » et qui relèveraient plutôt de la dipsomanie ou de l’hystérie.
Parce que pire que plus haut : les livres écrits par des hommes politiques.
Parce que le même con, encore, qui s’avère être un auteur et qui ne comprend pas pourquoi son livre n’est pas en rayon. Mais, c’est parce qu’il n’est pas inscrit à l’office. Mais surtout parce que c’est un sale con arrogant, a-t-on envie de lui dire.
Parce que ce même con, encore lui, toujours lui qui met sa crotte en évidence sans nous demander notre avis et dès qu’on a le dos tourné en nous reprochant de ne pas faire notre boulot.
Parce que les amis de ce con qui font pareil.
Parce que certains se sont vantés devant moi de le faire en ignorant mon métier.
Parce que lorsque ce n’est pas le con ou un de ses amis, c’est le représentant de la maison d’édition – livre moche, marketing, idiot, dipsomane – qui s’en mêle et qui insiste pour « Un treize/douze si on fait un facing ».
Parce que désormais un vocabulaire de trouduc d’école de commerce.
Parce que le système des offices : le livre neuf est un commerce sans couilles.
Parce que tout le monde sait mieux notre métier que nous, comme ces deux crétins de pubards – pas dipsomanes, ceux-là, buveurs d’eau, j'en suis sûr ! - qui ont essayé de m’expliquer comment vendre des livres, l’autre fois, sur Facebook.
Parce que dans la librairie de neuf, on sait rarement ce qu’est un livre, comment ça se boutique et que rares sont ceux qui en ont la curiosité. En fait, presque tout le monde se fout de l'objet, et pourtant...
Parce que, non, BHL n’est pas un philosophe, Nothomb n’est pas un écrivain, Assouline n’est pas un critique et Mary Higgins Clark n’est pas plus du polar que Werber n’est de la SF.
Parce que j’ai été obligé de les vendre et que j’ai été obligé de mentir sur ces daubes pour avoir la paix.
Parce que tous ces cartons de livres retournés que personne n’a lu et ne lira, parce que ce gâchis par des « écrivains » qui n’ont pas eu l’humilité de se taire et à cause des éditeurs qui font marcher la pompe à fric.
Parce que, que le livre soit en papier ou électronique, il est devenu très compliqué de lire pour nombre de mes contemporains.
Parce que des tauliers – pas tous, j’ai appris la librairie avec certains – qui n’ont rien à voir avec le métier.
Parce qu’une des pires conventions collectives du commerce, qui n’est pas le secteur le plus gâté.
Parce que la tranche, eh bien c’est le dos, le dos, c’est le deuxième plat et que c’est pas un couverture souple mais un ouvrage broché (venez pas m’emmerder avec les dos collés, hein !) et que votre reliure c’est un cartonnage.
Parce qu’on a réussi après plusieurs décennies à me faire prendre le livre neuf en horreur, à changer mon plaisir en quelque chose de fastidieux, à me désincarner en machine à débiter des conneries (et certains aimeraient beaucoup que ça fonctionne aussi comme ça pour l’occasion ou l’ancien).
Parce que ces gens qui passent la tête à la porte de la librairie et qui vous expliquent que vous faites un métier si merveilleux et que ça doit être exaltant de lire du matin au soir et qu’ils projettent également de faire ce métier quand ils auront pris leur retraite.
Parce que ces mêmes, là, vous ne les avez jamais vues avant et vous ne les reverrez plus.
Parce qu’un jour, si vous continuez, vous risquez de finir par en éclater un au mur.
Parce que l’on finit par trop mentir.
Parce que trop de Lévy, trop de Musso et pas assez de livres.
Parce que l’ennui, la répétition, l’anomie : enthousiasmes d’un quart d’heure pour un titre disparu dans la demi-heure qui suit, tout le temps, à chaque fois.
Parce que les quadragénaires névrotiques, plus anxiogènes que les ménagères de moins de cinquante ans.
Parce que ce sont les mêmes qui viennent nous faire leur autofiction dans la librairie même.
Parce que je n’ai pas assez rigolé avec les personnes que j’aimais et qui passaient trop rarement, comme Marie-Ange, Alain, Eva, et d’autres encore.
Parce que je suis le Tenancier et que je fais maintenant ce qui me fait plaisir.

Yves LETORT

 

Librairie Feuilles d'automne
Yves Letort

Par correspondance uniquement.

Il est possible de retirer les ouvrages à la Librairie « La Lettre écarlate », au 114, rue Blomet dans le XVe arrondissement de Paris.

E-Mail : letort.yves@free.fr

Blog : feuillesd-automne.blogspot.com/

Feuilles d'automne

Coquecigrues d'un libraire d'occasion et de ses amis

http://feuillesd-automne.blogspot.com

Voici son adresse : Feuilles d'automne - Le val Vert - B - 3, rue Jacques Durand - 77210 Avon.

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 22:40

WOUT.jpgLa Verbeke Foundation organise du 20 août au 31 octobre 2010 une grande rétrospective Wout Hoeboer à l'occasion du centenaire de la naissance de l'artiste.

Né à Rotterdam en 1910 et décédé à Bruxelles en 1983, Wout Hoeboer prit part à plusieurs courants artistiques majeurs du XXe siècle : dadaïsme, surréalisme, Cobra, Arte Nucleare. Libre penseur, il élabora au cours de sa carrière un œuvre exceptionnel dont l'accrochage révélera l'ampleur et l'originalité.

Le passage progressif de la figuration à l'abstraction constitue le fil conducteur de l'exposition Wout Hoeboer. Plusieurs dizaines de collages et d'assemblages documentent l'indépendance intellectuelle et l'âme dadaïste de l'artiste. Ils seront confrontés à des collages de ses contemporains issues de la collection de la Verbeke Foundation.

L'exposition présente également un panorama inédit de l'activité de graveur de Wout Hoeboer, depuis les bois gravés des années 1930 aux lithographies des années 1970 en passant par les linos des années 1940-50. L'accent sera alors porté sur ses projets graphiques d'illustration. Hoeboer fut en effet l'ami de nombreux poètes (Dotremont, Broodthaers, Koenig...) et prit part à la publication de diverses revues (Phantomas, De Tafelronde, ...)

L'exposition illustre enfin le rapport de Wout Hoeboer au théâtre, à la photograhie et au cinéma. Ses nombreux contacts avec la scène artistique belge francophone lui valurent d'être impliqué dans la réalisation de divers projets photographiques et cinématographiques. Il participa ainsi en 1959 au très controversiel court-métrage L'imitation du cinéma de Marcel Mariën.

Verbeke Foundation

Ouverte depuis le 1er juin 2007 par les collectionneurs Geert et Carla Verbeke, la Verbeke Foundation constitue un centre d'art unique où s'unissent nature, culture et écologie. Ses espaces abritent une impressionnante collection d'art moderne et contemporain et offrent à de jeunes artistes la chance de développer de nouvelles œuvres.

*

Vernissage: vendredi 20 août 2010, 18h00.

Heures d'ouverture: du jeudi au dimanche inclus, de 11h00 à 18h00. Aussi le mardi et le mercredi pour les groupes (sur rdv).

Tarifs:

Normal: 8 €.

Réduction: 6 €.

Gratuit: – 16 avec parents.

Contact

Westakker, B 9190 Kemzeke (Stekene)

info@verbekefoundation.com

www.verbekefoundation.com

 

Repost 0
Published by ça ira! - dans arts plastiques
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 15:33

Je-cesse-enfin.jpg

Évoquant la fin des années quarante, période noire s’il en fût dans son existence, Paul Neuhuys (1897-1984) notera :

Poète crotté, je ne me sentais plus à l’aise qu’avec des copains comme le petit Gérard qui, souvent, m’était venu discrètement en aide en me disant : « Que veux-tu, mon pauvre vieux, notre pays se girouettise en pissotière à pignoufs ».1

Il est en correspondance avec Van Bruaene, qu’il connaissait depuis l’époque du Cabinet Maldoror. Il y est question de dépôt de livres, d’une gouache de Magritte, d’un pastel de Picasso et de deux petits Jan Cox (1919-1981). Bruaene déplore qu’il « ne puisse venir jusqu’ici » pour voir l’exposition Beeldens, qui « fait l’excellence de la peinture-peinture ».

C’est en 1949 que le peintre naïf bruxellois Albert Beeldens (1902-1962) brosse le portrait de Bruaene.2Ancien vitrier, il avait obtenu en 1935, tout comme Bruaene, le grand prix de l’Art populaire. Il participera à la troisième exposition triennale d’Art naïf de Bratislava (1966) et à l’Exposition internationale des peintres naïfs de Lugano (1973).

Pour l’inauguration de sa nouvelle boutique, Le Diable par la queue, Van Bruaene organise du samedi 17 au mercredi 28 décembre 1949 une exposition de dessins et de peintures de son ami Jean Dubuffet (1901-1985), dont les œuvres avaient déjà été exposées à Paris et, en 1947, à New York. Témoignent de cette exposition, une belle affiche-invitation tirée en photolithographie, ainsi qu’un catalogue de huit pages calligraphiées, avec trois lithographies de Dubuffet. Baptisé « mémorial », ce catalogue mentionne explicitement que l’exposition a été organisée pour l’inauguration de la « nouvelle boutique » de van Bruaene, Le Diable par la queue. Jan Walravens rapportera que les peintures de Dubuffet se vendaient à 8.000 F.3

Dans La Nation belge, Charles Bernard rapprochera Dubuffet de Klee, puis de Picasso et constate que l’artiste aboutit néanmoins à une création singulière, qui doit beaucoup à son manque d’intérêt pour les questions esthétiques.4

*

Le Diable par la queue était situé au 12, rue de l’Homme-Chrétien ou Kerstenmannekenstraat à Bruxelles (aujourd’hui entièrement occupée par l’hôtel Royal Windsor),

une rue triste et abandonnée – près de la place Saint-Jean, à l’enseigne : « Gezottenvanapaiponmettegève ».5

La boutique sera rapidement rebaptisée L’agneau moustique. Une carte de visite signale : « Expositions. Local offert gracieusement ». Et sur la vitrine on peut lire : « Consignation ». Ban Bruaene y fera œuvre de pionnier en exposant des peintres congolais (entre autres les précurseurs Lubaki et Djilatendo).

Henri-Floris JESPERS


Les éditions Connexion et l’asbl Le petit gérard organisent une séance de dédicace avec Henri-Floris Jespers, à l'occasion de la parution de son livre sur Gérard van Bruaene (Courtrai 23 juin 1891 – Bruxelles 22 juillet 1964). Rendez-vous le mercredi 15 septembre 2010 à la Fleur en papier doré, 55 rue des Alexiens à 1000 Bruxelles, à 18h.


cover livre vb 001

Henri-Floris JESPERS, Gérard van Bruaene, Bruxelles, éd. Connexion, 2010, 74 pages, 8 €. Envoi postal: 10 €, frais de port compris.

Éditions Connexion, 72 rue du Nord, 1000 Bruxelles

revueconnexion@yahoo.fr

0486 22 06 43

numéro de compte : 001-3244284-01

pour les virements de l'étranger:

BIC GEBABEBB

IBAN BE43 0013 2442 8401

 

1 Paul NEUHUYS, Mémoires à dada, Bruxelles, Le Cri, 1996, p. 115.

2 Collection privée, Bruxelles.

3 Jan WALRAVENS, Jan Biorix, Brugge, De Galge, 1964, p. 201.

4 Charles BERNARD, "Nous avons déjà conduit le lecteur à l'enseigne du Diable par la queue..." in La Nation

Belge, Bruxelles, 27 décembre 1949.

5 Translittération d’amateur du bruxellois: « Ge zaadt ervan a paip on Mette geive » : on en crèverait. Avec mes remerciements à Herman J. Claeys.

Repost 0
Published by ça ira! - dans arts plastiques
commenter cet article
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 05:19

 

cover-livre-vb-001.jpg

Les éditions Connexion et l’asbl Le petit gérard / vzw Geert van Bruaene organisent une séance de dédicace avec Henri-Floris Jespers, à l'occasion de la parution de son livre sur Van Bruaene. Rendez-vous le mercredi 15 septembre à la Fleur en papier, 55 rue des Alexiens à 1000 Bruxelles, à 18h.

*

La Fleur en Papier doré constitue un des rares lieux de mémoire dont le capital symbolique peut être tout aussi bien revendiqué par les avant-gardes littéraires que picturales, qu’elles soient francophones et néerlandophones, sans oublier ce moment de cristallisation internationale que fut Cobra.

Fermé en 2006, le café fut réouvert le 15 septembre 2007 à l’initiative de quelques mordus qui se sont investis corps et âmes dans la préservation de ce haut lieu de mémoire des artistes : Danny Verbiest, Jan Beghin, Koen De Visscher, Paul Merckx, Arnout Wouters, Peter Lombaert et Eric Meersmans. Une cinquantaine de coopérants se sont ensuite ajoutés. Depuis la réouverture de la Fleur en papier doré, Connexion a entrepris de faire des recherches sur ce café artistique et sur son fondateur Geert van Bruaene.

*

Comme le souligne Henri-Floris Jespers: « Il est difficile de trouver des informations précises sur Geert van Bruaene (Courtrai 23 juin 1891 – Bruxelles 22 juillet 1964) et ses entreprises diverses. Compagnon de route des surréalistes bruxellois et de Cobra, auréolé de ses relations avec des icônes artistiques incontournables, de Paul van Ostaijen et René Magritte à Dubuffet et Hugo Claus, il était inévitable qu’une légende se fût créée autour de ce personnage truculent.»

Henri-4-copie-1.jpg

Synthétiser, confronter et critiquer les documents et témoignages souvent contradictoires, telle fut la tâche auquel s’est attelé avec brio l’essayiste Henri-Floris Jespers. Cette étude permet de faire le point sur de nombreuses questions : l’arrivée de van Bruaene à Bruxelles, la chronologie des expositions d’avant-garde (cabinet Maldoror, à la Vierge Poupine, au Diable par la Queue), les cafés « brollewinkel ». Un élément plus important que les autres, est sans nul doute la datation précise de la création de la Fleur en Papier doré le 15 octobre 1944.

C’est à partir de cette date que le CPAS de Bruxelles octroie à la compagne de van Bruaene la location du 55 rue des Alexiens afin d’y créer une auberge à l’ancienne, de caractère folklore et expositions permanentes de tableaux populaires, « Foire aux tableaux d’esprit sentimental » .

Robin DE SALLE

 

Henri-Floris JESPERS, Gérard van Bruaene, Bruxelles, éd. Connexion, 2010, 74 pages.

Éditions Connexion, 72 rue du Nord, 1000 Bruxelles

Prix : 8 € (10 € frais de port compris).

Numéro de compte : 001-3244284-01

Pour les virements de l'étranger:

BIC GEBABEBB

IBAN BE43 0013 2442 8401

revueconnexion@yahoo.fr

0486 22 06 43

DSCN1338_2.jpgHenri-Floris Jespers et Robin de Salle

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 01:43

 

Nicole.jpg

Le facteur, une espèce en voie de disparition, délibérément sacrifiée telle qu'elle l'est à l'autel sanglant de la sacro-sainte libéralisation des marchés (lisez: l'appât frénétique et dévastateur du gain), m'a remis lundi deux livres de Nicole Verschoore en main propre (façon de parler, puisque nous avons tous les mains sales, que nous le voulions ou non).

Je termine, émerveillé, la lecture de son Autobiographie d'un siècle.

Un siècle qui est le mien, une autobiographie imaginaire qui, dans son étrangeté délibérée mais sincère, est la mienne.

Ce septième ouvrage de Nicole Verschoore illustre en mineur, mine de rien, cette « sérénité crispée » dont nous parle René Char. Métissant les genres avec une adresse toute personnelle, elle nous donne un livre, qualifié de roman, dont la lecture m'a réconforté.

En attendant une réflexion plus attentive dans la prochaine édition papier du Bulletin de la Fondation ça ira, je soumets d'ores et déjà à votre attention quelques extraits de la préface:

Avant même que l'internet ne révolutionnât les habitudes, volontairement, par souci d'égalité sociale, les programmes scolaires s'appauvrirent. Les cours d'histoire et de littérature ancienne s'anémièrent. L'enseignement remplaça la mémoire du passé par l'apprentissage de méthodes de gestion de l'actualité. La notion de patrie disparut presque totalement, ainsi que celles des devoirs envers les aînés, de la discipline imposée, du respect de l'autorité et de soi, le tout remplacé par des valeurs de réflexion, de décision et de choix personnels. Ce n'était pas mal vu, puisqu'on craignait les foules sans personnalité. […]

Ceux qui, en Europe, ne vivent pas de travaux intellectuels ou de réflexion personnelle, s'ils se cherchent, ne se situent plus comme avant dans une appartenance évidente, connue et fixe. Les responsables qui ont rayé des programmes scolaires l'enseignement détaillé du passé et de l'écrit traditionnel que nous appelons la littérature, n'ont pas prévu les conséquences de leur absence. Sans réelles attaches, l'individu qui se cherche s'intéressera à tout ce qui se présente, n'importe quoi : courants de pensée, religions primitives, totalitarismes politiques. Le message du visuel remplit les vides. Il envahit à tel point le panorama quotidien qu'il en efface bon nombre de détails qui, dès lors, échappent à l'observation. Dès l'enfance, le regard est fixé sur l'information extérieure, de sorte que le temps de l'observation personnelle se raccourcit. Et celui de la réflexion.

NicooleVERS.jpg

Nicole Verschoore (°1939) est docteur en philologie germanique de l'université de Gand. Assistante du professeur Herman Uyttersprot (dont la contribution à l'édition de l'œuvre de Franz Kafka fut remarquée, sinon décisive et lui valut la plus haute distinction dans l'Ordre du Mérite de la République Fédérale allemande), boursière du Fonds National de Recherche Scientifique, Nicole Verschoore choisit en 1973 une carrière de journaliste. Collaboratrice puis rédactrice responsable de la culture au quotidien libéral Het Laatste Nieuws (jusqu'en 1988), ensuite chroniqueur de la vie musicale à Bruxelles jusqu'en 1994, l'année de la publication de son premier roman chez Gallimard, Nicole Verschoore prendra la direction de l'hebdomadaire gantois Le Nouveau Courrier(1994-1999).

L’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique a décerné le Prix Michot à Nicole Verschoore pour sa trilogie romanesque La Passion et les hommes(1928-1958).

Henri-Floris JESPERS

Nicole VERSCHOORE, Autobiographie d'un siècle, Bruxelles, Le Cri,, 2010, 178 p., ,16 €.

Bibliographie

Le Maître du bourg, Paris, Gallimard, 157 p., 1994 ; 20002.

Vivre avant tout !, Bruxelles, Le Cri, 2006, 203 p., 21 €.

Les Parchemins de la tour, Bruxelles, Le Cri, 2004, 215 p., 20 €.

Le Mont Blandin, Bruxelles, Le Cri, 2005, 139 p., 18 €.
La Charrette de Lapsceure
, Bruxelles, Le Cri, 2007, 158 p., 19 €.

L'énigme Molo, Bruxelles, Le Cri, 2009, 158 p., 14 €.

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 20:41

 

La Fondation Ça ira est représentée au Comité scientifique du Centre d'Étude des Francophones en Flandre / Studiecentrum Franstaligen in Vlaanderen par Henri-Floris Jespers.

Le deuxième numéro de FrancoFonie, la revue électronique du Centre, vient de paraître.

Au sommaire:

Paul Dirkx Editoriaal. Doxa en wetenschappelijke bewijsvoering, 4

Éditorial. Doxa et argumentation scientifique, 10

DOSSIER

Franstaligen in Vlaanderen vandaag / Les francophones en Flandre aujourd’hui

Alex Vanneste Aspects de la francophonie en Flandre, 15

Céline Préaux Le fédéralisme ou l’homogénéisation de la Flandre. Étude du conflit Exploration du Monde – Taal Aktie Komitee, 44

Sophie Wittemans Scout toujours ? Scoutisme francophone en terre flamande depuis 1911, 59

INTERVIEW

Emmanuel Van de Putte Henri-Floris Jespers, 80

COMPTES RENDUS

Eric Laureys Ontsnappen aan ideologische, nationalistische premissen: een moeizame bevalling, 101

Guy Vande Putte De taalgrens van Guido Fonteyn, 111

*

FrancoFonie paraît deux fois par an. La rédaction de la revue est assumée par Paul Dirkx, vice-président du CEFF-SFV. Il enseigne la sociologie de la littérature et de la presse à l'Université de Nancy 2.

Abonnement via : www.ceff-sfv.be

*

Voir nos blogs du

29 avril 2008

http://caira.over-blog.com/article-19137404.html

19 août 2008

http://caira.over-blog.com/article-22067275.html

10 septembre 2009

http://caira.over-blog.com/article-35892185.html

29 septembre 2009

Repost 0
Published by ça ira! - dans actualité
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 11:26

Voici quelques articles parus ces derniers mois sur l'excellent blog dada100, animé par Elisa Cardellini.

 


http://dada100.over-blog.it/articles-blog.html

 

PaulNeuhuystwee.jpgPaul Neuhuys


Paul NEUHUYS: Clément Pansaers, “Paria in demolizioni”, 1921


http://dada100.over-blog.it/article-testimonianze-paul-neuhuys-clement-pansaers-paria-in-demolizioni-1921--43142967.html


Paul NEUHUYS: Dada, 1921


http://dada100.over-blog.it/article-testimonianze-paul-neuhuys-dada-1921--37991845.html


Paul NEUHUYS: André Breton è anche un teorico del dadaismo, 1921


http://dada100.over-blog.it/article-testimonianze-paul-neuhuys-andre-breton-e-anche-un-teorico-del-dadaismo-andre-breton-est-aussi-un-theoricien-du-dadaisme-1921--37948259.html


Paul NEUHUYS: Francis Picabia, poeta tragico


http://dada100.over-blog.it/article-profili-dada-paul-neuhuys-francis-picabia-poeta-tragico-francis-picabia-poete-tragique-1921--37948661.html


Paul NEUHUYS: Tristan Tzara capofila del gruppo dada


http://dada100.over-blog.it/article-paul-neuhuys-tristan-tzara-en-tete-du-groupe-dada-1921-37948184.html


Paul NEUHUYS: La pleiade dada


http://dada100.over-blog.it/article-dada-dalla-rete-paul-neuhuys-la-pleiade-dada-la-pleiade-dada-1921-37948761.html


Thierry NEUHUYS: Ricordi di infanzia & di Dada (Clément Pansaers):


http://dada100.over-blog.it/article-segnalazioni-librarie-thierry-neuhuys-souvenirs-d-enfance-de-dada-clement-pansaers-2008-43393839.html



Henri-Floris JESPERS: Pierre Albert-Birot. Poeta e tipôgrafo.


http://dada100.over-blog.it/article-henri-floris-jespers-cipm-pierre-albert-birot-poete-et-typographe-sic-37950268.html


Georges Henri DUMONT, La rivista “Ça ira” tra communismo e dadaismo.


http://dada100.over-blog.it/article-saggio-georges-henri-dumont-la-rivista-a-ira-tra-comunismo-e-dadaismo-a-revue-a-ira-entre-communisme-et-dadaisme-34931558.html


Repost 0
Published by ça ira! - dans Dada
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 04:38

revolutionsuisse.jpg

ERRO, La révolution suisse (1965)

Ce n'est certes pas la première fois qu'Erró expose à Bruxelles. Il participa à l'exposition 'le rendez-vous des amis 1976' chez Fred Lanzenberg, galerie créée en 1966 sous l'appellation Rive Gauche avec le soutien d'Ileana Sonnabend (1907-1999), présentant des artistes Pop, tels que Andy Warhol, Roy Lichtenstein et Tom Wesselman et, dans la foulée, les Nouveaux Réalistes César, Niki de Saint Phalle et Martial Raysse. Ensuite, ce furent des expositions individuelles à la galerie Le Miroir d'Encre (1983; 1988) et, enfin, en 1995 au Salon d'art ('Quoi de neuf, docteur?').

*

'Horti-culte': tel est le titre du poème de Théodore Koenig dédié à Érro, repris dans le recueil La métamorose (Bruxelles, Phantomas, 1980):


L'inspiration érectile toujours

peut être souple ou drue indifféremment


Nos desseins rejoignent les questions qui se posent

lorsque la passion de la minutie

pousse au sublime tant de miettes rassemblées

dans un univers de complexité


Cueillie dans le jardin dédale des pensées engourdies

la fleur dénommée vois-tu clair croît à l'heure où les

daltoniens apprennent qu'il ne fera jamais plus noir


Que sont donc ainsi les d'ores et déjà

les cela-y-serait-ce

les qu'est-ce donc

opposés aux forces laconiques

du oui

ou

du non

survenus au moment où la mort


Ce ciseau millénaire interrompt

toute pensée discursive

tout état corporel

toute naïveté de contemplation

 

Écrit à Voze di Noli, le 12 juillet 1977, ce poème fit fonction de préface dans le catalogue (“d'un luxe raffiné”, dixit Koenig) de l'exposition chez Regisartcontemporanea à Finale-Ligure de '20 personnaggi', de grands collages par Erro, dont le vernissage eut lieu le 30 juillet.

Ce n'est certes pas le texte le plus percutant de Théodore Koenig, mais il témoigne de son amitié pour Érro, qu'il fréquenta dès le début des années soixante et dont il conservera quelques œuvres marquantes. Il évoquera sa première visite, en 1966, à l'atelier du peintre:

Au 12 de la rue de Bucy, il conçoit et entasse des trésors d'imagination dans une mansarde-atelier où défilent, sous nos yeux, en manifestation acryliques la démesure encyclopédique de son art. Un peu comme dans la visite à l'atelier de Manet, ce n'est pas le modèle qui manque. Nous voilà bientôt, nous adonnant à toute sorte d'exercices, clignant des yeux, nous servant de nos mains en guise de cache, invoquant Dürer, les problèmes du daltonien et ceux, infiniment insondables de la critique irrecevable aux veines vides qui parle d'art sans palper ni sentir, fixant un intérêt par contumace, sur reproductions, accrochant à son mur les pires croûtes ascentionnelles...

*

Poète injustement enterré, Théodore Koenig (1922-1996) demeure toutefois incontournable en sa qualité d'animateur de la revue Phantomas, dont la livraison sur la 'Belgique sauvage' fit époque.

L'influence de Koenig sur le surréalisme et la littérature québécoise est moins connue.

Ingénieur chimiste spécialisé dans les cuirs venu exercer son métier dans les tanneries de Montréal, Koenig eut une influence certaine sur le surréalisme au Canada français. Ami d'Alechinsky, Koenig est le collaborateur officiel pour le Canada de la revue du mouvement Cobra, où se regroupent les surréaliste-révolutionnaires. Il collabore dès le premier numéro à la revue Cobra, dans lequel se trouve encarté le 'Cinémasurréalistefeste', signé: “Le Groupe surréaliste-révolutionnaire, ses amis, ses voisins”. La même année, le jeune écrivain, peintre et graveur québécois Roland Giguère (1929-2003) fonda les éditions Erta.

Koenig y publie ses premiers recueils en tirage extrêmement limité: Decante (1950), Clefs neuves (1950), Le poème mobile (1951) et Le Jardin zoologique écrit en mer (1954). De 1954 à 1963, Roland Giguère séjourne à Paris, où il participe aux activités du groupe 'Phases' et du mouvement surréaliste.

Henri-Floris JESPERS

(à suivre)


Orientations bibliographiques:

André-G. BOURASSA, Surréalisme et littérature québécoise, éditions L'Étincelle, Montréal, 1977.

Théodore KOENIG, Histoire de la Peinture chez Phantomas, Bruxelles, Éditions Lebeer-Hossmann, 1990.


www.lesalondart.be

http://caira.over-blog.com/article-erro-a-paris-et-a-bruxelles-50-ans-de-collages-

 

Repost 0
Published by ça ira! - dans arts plastiques
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 01:27

erro-portrett2.jpg

Le Centre Pompidou présente jusqu'au 24 mai une rétrospective des collages de l’artiste islandais, première présentation muséale consacrée uniquement à l’œuvre découpée et collée d'Erró. Membre éminent depuis 1964 du groupe 'figuration narrative', Erró utilise le collage pour exercer un regard critique, ironique et humoristique sur la société de consommation, la politique, le sexe, la guerre ou l’histoire de l’art.

Les collages d'Erró, datant de 1958 pour les plus anciens jusqu'aux plus contemporains, puisent à des sources variées, principalement dans la presse. Erró allie, notamment dans sa série des méca-make-up, des visages de mannequins découpés dans des titres féminins à des éléments mécaniques tels des objectifs d'appareils-photo ou des carrosseries de voitures. Des « comics » américains ou des images de propagande chinoise, russe ou cubaine voisinent avec des reproductions de la peinture classique, des revues scientifiques ou encore des images publicitaires. 

Favorisant les chocs visuels et mêlant les temporalités et les espaces, les créations d'Erró sont cocasses, troublantes, empreintes d'humour et de dérision. Éminemment politique et critique, son œuvre dénonce la guerre (de celle du Vietnam à l'invasion américaine en Irak), les pouvoirs totalitaires ou la consommation de masse. La conquête spatiale lui inspire aussi de nombreux collages où des cosmonautes côtoient des odalisques d'Ingres.

*

Errosalon.jpg

Après avoir exposé des peintures, des pastels et des estampes d'Antonio Seguí, lui aussi membre de la 'figuration narrative' (voir le blog du 26 février*), le salon d'art présente des collages (1958-2008) & plaques émaillées d'Erró.

Ce n'est pas sans un humour certain que Jean Marchetti a choisi le collage datant de 1958 qui illustre l'invitation à cette exposition (reproduit ici) qui reprend également un texte de l'artiste.

Je suis toujours à l'affût d'images, de documentation, de revues, de catalogues et de dictionnaires illustrés. J'ai besoin de matériel efficace et, au cours de mes voyages, je fouille partout chez les soldeurs de livres, dans les kiosques. J'accumule une quantité énorme de matériel et, lorsque j'ai réuni beaucoup d'images se rapportant à un thème, c'est signe de commencer une série. Le processus consiste ensuite à sélectionner les images, à les “marier” ensemble pour en faire des collages, puis des tableaux.

Il y a des sortes de lois qui permettent à des séries d'exister dès l'instant où elles en ont trouvé d'autres pour fonctionner picturalement. Je cherche ainsi, parfois longuement, le ou les documents qui vont donner vie à des images stockées. Pour que le mariage puisse se faire entre documents, il faut que je sente la possibilité d'une tension commune. Parfois leur accord tient à la force de leur affrontement.

Afin d'être habité par le sentiment que “tout peut arriver”, je m'efforce de me trouver dans une totale disponibilité technique et mentale. La peinture représente pour moi une sorte de voyage à travers les formes, les espaces, les styles et non la défense d'un territoire formel précis.

Face aux images collectionnées (tableaux de Van Eyck ou de Picasso, photographies, bandes dessinées) se manifeste un irrespect tendre. D'ailleurs, la vraie tendresse s'accompagne peut-être toujours d'un certain irrespect. Elle ne supporte pas la vénération et une attitude trop distante.

Il me semble que je suis comme une sorte de chroniqueur, de reporter, dans une énorme agence qui rassemblerait toutes les images du monde, et que je suis là pour en faire la synthèse. Mais, à y bien réfléchir, est-ce que Rubens travaillait autrement? Il avait amassé à Rome un énorme matériel documentaire et il avait un nombre incroyable d'assistants. C'est un peu pareil, à cette différence près que, pour moi, tous les jours, des centaines de photographes, dessinateurs, éditeurs et autres jouent le rôle d'assistants.

*

Un prochain blog (décidément, je préfère l'orhographe préconisée au Québec: blogue, mais je respecterai la convention, imposée subrepticement par la langue de l'Empire) sera consacré à l'œuvre d'Erró. (HFJ)

Centre Pompidou, jusqu'au le 24 mai.

Salon d'art , jusqu'au 17 juillet.

Rue de l'Hôtel des Monnaies, 81, 1060 Bruxelles.

Salon ouvert du mardi au vendredi de 14 à 18h30. Le samedi de 9h30 à 12h et de 14h à 18h.

www.lesalondart.be

(*) http://caira.over-blog.com/article-le-salon-d-art-antonio-segui-chroniqueur-sarcastique-de-b-madoff-45686310.html

Repost 0
Published by ça ira! - dans arts plastiques
commenter cet article