Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 05:18

 

GilbertSenecaut.jpg

En 1942, Marcel Mariën publie aux éditions « L'aiguille aimantée » L'Ėrection expérimentale de Gilbert Senecaut, ou Sénécaut (155 exemplaires: 5 sur Hollande; 10 sur Featherweigt et 150 sur papier d'édition ordinaire), « pour l'essentiel un collage de mots », dixit après coup Tom Gutt, le Saint-Just du néo-surréalisme belge.

Senecaut.jpg

À cette époque, sous l'occupation nazie, Paul Neuhuys (1897-1984) publiait aux éditions Ça Ira des textes issus de la mouvance surréaliste : L'Oiseau qui n'a qu'une aile de Marcel Mariën (1941), Traité des fées de Fernand Dumont (1942) et Les Histoires de la lampe de Paul Colinet (1942).

*

Personnalité complexe, grand amateur de jazz, poète et collagiste, féru dans tous les sens du terme de la rigueur et de l'opiniâtreté des mathématiciens amateurs, le jeune Senecaut, dès le début de l'occupation, avait été introduit par Marcel Mariën (1920-1993) auprès du groupe surréaliste de Bruxelles animé par Paul Nougé (1895-1967).

Dans L'Ėrection expérimentale, il s'attache à poursuivre ses recherches sur « le mécanisme de l'hypertension créatrice » afin « d'éliminer l'hypothèse de l'intervention de produits ennuigènes partiellement retenus par un psychisme statique »..

Senecaut financera la première série des Lèvres nues (1954-1958) de Mariën. En 1959, il collaborera au fameux film L'imitation du cinéma sous le pseudonyme de Serge Treblich. Dans les années soixante, un groupe d'écrivains, de photographes et de peintres se réunissait régulièrement chez Senecaut, notamment Leo Dohmen (1929-1999), Roger van de Wouver (1933-2005) et Marc Dalain (traducteur de Roger Vitrac en néerlandais) et, de temps à autre, Tom Gutt (1941-2002) et Jean Wallenborn (°1941).

Le sixième congrès de l'Internationale Situationniste (IS), qui se tint à Anvers du 12 au 16 novembre 1962, refusa de cosigner le pamphlet Haut les mains! de Tom Gutt et Gilbert Senecaut, jugé empreint d'un stalinisme incompatible avec la pensée situationniste. (Parmi les participants: Michèle Bernstein, Guy Debord, Leo Dohmen et Attila Kotànyi.)

Au nom du Comité central de l'IS, Jan Strijbosch et Raoul Vaneigem publièrent un pamphlet dirigé contre le groupe néo-surréaliste de Tom Gutt, consacrant ainsi la rupture définitive entre l'IS et Tom Gutt c.s: Geen dialoog met gluiperds. Geen dialoog met idioten. Pas de dialogue avec les suspects. Pas dialogue avec les cons,.

De 1968 à 1979, Senecaut publiera divers textes e.a. aux éditions Brassa ou dans la revue Le Vocatif.

Personnage secret par tempérament et par conviction, Gilbet Senecaut est ajuourd'hui bien oublié. Xavier Canonne lui rendra justice: “Sa discrétion acharnée qui en fit un acteur de second plan n'eut d'égale que sa fidélité à la conscience surréaliste”. (Le surréalisme en Belgique 1924-2000, Bruxelles, Fonds Mercator, 2006)

Je n'ai pas connu Senecaut. Mais j'ai recueilli de nombreux témoignages à son sujet de mes amis Guy Vaes (°1927) et Jean Emile Driessens (membre distingué du CDR).

Henri-Floris JESPERS

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira!
commenter cet article

commentaires

Alex 05/02/2012 12:49

Petite précision : Leo Dohmen n'était pas membre de l'Internationale situationniste (I.S.) et donc n'a pas participé aux débats de la VIe Conférence de l'I.S. à Anvers. En revanche, il connaissait
bien Jan Strijbosch, anversois comme lui, et c’est ainsi qu’il réalisa l’affiche (avec un portrait de Marylin Monroe) annonçant cette conférence. Plusieurs photos des situationnistes à Anvers
furent prises par Leo Dohmen dans divers cafés et aussi au cours d’une soirée chez lui. On peut donc le compter à l’époque parmi les sympathiques sympathisants de l’I.S., ce qui ne l’empêcha pas de
signer le tract "Haut les mains !"

ça ira! 05/02/2012 12:52



Merci vivement pour ces précisions que je publierai avec plaisir.