Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 22:23

 

LanterneAntho.jpg

1924 ne voit pas seulement la parution de L'Année poétique belge, préfacée par la comtesse de Noailles, mais également celle de l'anthologie de « La Lanterne sourde », Poètes belges d'esprit nouveau.

La Lanterne sourdeétait une revue d’étudiants de l'Université Libre de Bruxelles, fondée en 1921 par Paul Vanderborght (1899-1971), qui connaîtra quatre numéros. À la fin de l’année 1922, le périodique fusionne avec Le Disque Vert, importante revue de l’avant-garde belge, animée par Franz Hellens. Les deux organes paraîtront jusqu'en janvier 1923 sous le titre Écrits du Nord.

L'Année poétique belge, préfacée par Anna de Noailles, regroupe 81 poètes. (Cf. le blogue du 8 août 2011.)Quant à Paul Vanderborght, il réunit 35 poètes d' « espritnouveau »:

...j'estime n'avoir pas point répété les anthologies belges qui naissent un peu partout : académiques, guerrières, neutres, neutres comme des voix de chapelle Sixtine.

J'ai groupé ici, occasionnellement, des collaborateurs, des indifférents, des adversaires ; ils n'ont pas, je l'assure, à se juger implicitement compromis par ma signature. Ce livre n'a que la valeur d'un document. Il aidera le public universitaire et les lettrés en général à juger un peu, d'après ces poèmes et ces proses poétiques publiés depuis l'armistice ou inédits encore, des poètes que M. De Bongnie, censeur pointilleux, voudra bien me permettre d'appeler « poètes d'esprit nouveau ».

*

Une première constatation s'impose : 19 poètes figurent dans les deux anthologies (Maurice Casteels, Leon Chenoy, Bob Claessens, Emile de Bongnie, Désiré-Joseph d'Orbaix, Paul Fierens, Herman Frenay-Cid, Robert Goffin, Herman Grégoire, Robert Guiette, Franz Hellens, Georges Linze, [Robert] Mélot du Dy, Paul Neuhuys, Jean Teugels, Henri Vandeputte, Lucia Van Dooren, Jules Vingternier et Robert Vivier), ce qui exprime un consensus quant à leur place dans les lettres « belges ». Pour les initiés, cette constatation n'est pas sans importance...

Témoignant de flair, Paul Vanderborght réunit 16 poètes d' « esprit nouveau » qui ne figurent pas dans l'anthologie de La Renaissance du Livre : Pierre Bourgeois, Eric de Hauleville, Paul Desmeth, Sébastien Dongrie, Camille Goemans, Raoul Grimard, Augustin Habaru, Roger Kervyn, Léon Kochnitzky, Marcel Lecomte, Odilon-Jean Périer, Charles Plisnier, René Purnal, Paul Vanderborght, J.J. Van Dooren et René Verboom.

Pierre Bourgeois participait à l'organisation des activités de La Lanterne sourde, dont il sera co-directeur avec Paul van Ostaijen et René Verboom.

Camille Goemans, Léon Kochnitzky et Odilon-Jean Périer, proches du cercle estudiantin, collaborèrent aux Écrits du Nord. Marcel Lecomte et Charles Plisnier avaient déjà tous les deux publié aux éditions Ça ira.

René Verboom avait fait ses débuts dans Résurrection, la revue de Carl Sternheim et Clément Pansaers, qui n'en déplaise à Larousse, n'avait rien de « dadaïste ».

*

Dans la livraison datée de juillet 1924 de La Bataille littéraire, Odilon-Jean Périer publia une note désinvolte à propos de l'anthologie composée par Paul Vanderborght :

Cette Anthologie a trouvé une sorte de justification: d' « Esprit Nouveau » affirme-t-elle. Cela ferait une unité? Mais il ne s'agit que d'un titre.

M.Verboom est un poète, et Frenay-Cid aussi (peut-être) mais – d'esprit nouveau ? Dans ce cas... Conrardy? Nothomb ? Et Giraud ? Si l'esprit nouveau est 'cela', avouez mon cher Vanderborght, que ce n'était pas la peine de changer!

Parlons un peu de ces poètes.

Pour la plupart ils ont une grande originalité: ils écrivent en prose. Je ne parle pas ici de M. Marcel Lecomte qui est poète, absolument, ni de mon cher et vieil ami Raoul Grimard, qui ne l'est pas du tout – mais qui écrit fort bien; – mais je pense à MM. J.J. Van Dooren, Linze, Pierre Bourgeois (pour ne citer que les plus plats); à Camille Goemans, qui écrit une prose du même aspect (bien qu'autrement intéressante!) et qui est métaphysicien.

Ne croyez pas que je demande à ces Messieurs de la Musique.

Mais enfin, il y a un ton, il y a une 'allure poétique' qui n'est pas celle de la prose. Je trouve assez décourageant de devoir redire de telles choses.

Périer affirme que Paul Desmeth est poète, Pierre Bourgeois non. Quelques-uns des auteurs repris dans l'anthologie

ne sont que poètes (c'est un éloge!) : Desmeth, Lecomte, Hellens (surtout dans de petits poèmes qu'on ne retrouve pas ici […]), Paul Neuhuys (quand il ne pense pas à ce qui se fait à Paris), Fierens (avant de rencontrer Jean Cocteau), Eric de Haulleville (quand il ne le fait pas exprès.)

Quelques poètes échappent à toutes classifications.

Ce ne sont pas les moins vivants: René Purnal, Robert Guiette, Vandeputte, D.-J. D'Orbaix.

 

En conclusion, Périer formule un lieu commun: l'anthologie n'est pas complète.

On peut ne pas aimer du tout M. Paul-Gustave Van Hecke, mais enfin il a de l'allure. Henri Michaux écrit en prose, mais il est beaucoup plus poète que la plupart des précédents.

Je signale ces omissions à Vanderborght, pour le cas où il préparerait une édition nouvelle de son Anthologie. – Peut-être est-ce son intention, car il a le goût du martyre.

Ce numéro de La Bataille littéraire (« dit de... juillet » 1924), le septième de la sixième année, sera le dernier.

*

Paul Neuhuys notera laconiquement dans ses mémoires:

Dans l’anthologie de la Lanterne sourdeoù nous figurions tous les trois, Bourgeois, Linze et moi, Bruxelles, Liège, Anvers se donnaient la main par-dessus nos dissensions régionales.

*

Mme Mélanie Alfamo a publié la première étude sur le groupe « La Lanterne sourde », surtout connu par la centaine de manifestations culturelles (concerts, expositions, conférences) auxquelles participèrent de grands noms comme James Ensor, Blaise Cendrars, Le Corbusier, Jules Romains, Stéphane Zweig.

Henri-Floris JESPERS


Mélanie ALFAMO, La Lanterne sourde 1921-1931. Une aventure culturelle internationale, Bruxelles, Éditions Racine, 2008, 183 pp.

À ce sujet, cf. les notes de lecture de Robin DE SALLE et de Henri-Floris JESPERS, parues dans le numéro 36 du Bulletin de la Fondation Ça ira, décembre 2008, pp. 41-43 et 43-44.

Voir également:

René FAYT, 'Paul Vanderborght et le mouvement La Lanterne sourde', in Bulletin de la Fondation Ça ira, no 37, mars 2008, pp., 23-27.

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires

pierrot, vagabond des mots et des routes 16/08/2013 20:29

Bravo à votre blogue génial sur les poètes belges d'esprit nouveau))))

Ici au Québec, Canada, on me surnomme Pierrot l'ermite des routes ou encore le vagabond céleste.

Ma poésie de vivre se prépare à vagabonder la Belgique avec légendes vraies et chansons sur bâton de pélerin, le tout écrit à partir de vraies histoires vécues sur la route au Québec:)))

mon âme vagabonde espère bien vous croiser pour mieux échanger sur nos créativités réciproques:)))

www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequitables.com

sur google
citations de Nelson Mandela
Simon Gauthier conteur, le vagabond céleste
pierrot vagabond

courriel
pierrot@reveursequitables.com



LA ROUTE T'APPELLE


COUPLET 1

une vieille route
de campagne quelque part
une vieille grange abandonnée
avec d’la paille
dans laquelle je dors
encore

y a personne
y a pas de bruit
y a que l’aurore
qui s’approche
de mon corps

REFRAIN

réveille-toi mon ami,
wohhhhhhh
la route t’appelle
la brume est bel…el…le

tu vas claquer un peu des dents
la fin du mois d’septembre surprend
mème les vagabonds milliardaires
de leur temps

COUPLET 2

un vieux crouton d’pain
qui traîne dans le pack sac

un jeune psychologue
qui descend de son char
y s’est perdu
où est Quebec?
j’embarque avec

y est pressé
y roule ben vite
y est ben stressé
une cliente en attente

COUPLET 3

sur la galerie
d’Radio-Québec
dans la ville de Québec

le ventre plein
cette nuit-la
moi j’ai dormi
mon crouton d’pain
loin de la pluie
loin de la pluie

ma douce aurore
rapelle-toi
de toi
contre mon corps

comme
c’etait beau
nous deux
tremblant
de froid
dehors

Pierrot
vagabond céleste


Pierrot est l'auteur de l'Île de l'éternité de l'instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l'un des tous premiers
chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs.

Pierrot
vagabond des mots et des routes