Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 08:03

 

Phantomas68-72.jpg

Phantomas 68-72. En couverture: dessin de Raould Hausmann, 1966

Mes travaux sur Paul Neuhuys et Marcel Lecomte m'amènent à consulter la livraison 68-72 de Phantomas, datant de mai 1967. J'y retrouve les textes de Marcel Broodthaers, de Joseph Noiret, de Marcel et Gabriel Piqueray, de Jacques Meuris, de François Jacqmin, de Pierre Puttemans, de Théodore Koenig, de Sergio Dangelo et de Jean Dypréau à la mémoire de Lecomte, décédé le 19 novembre 1966.

Au lieu de me contenter de transcrire la citation qui me hantait, je me livre sans vergogne au vice impuni. J'y relis donc, dans la rubrique 'Aristarkophilies', des notes de lecture qui, avec une distance de plus de quatre décennies, réveillent en moi de nombreux souvenirs. J'y découvre surtout un articulet de Théodore Koenig (1922-1997), chroniqueur obstiné, consacré aux plus belles pages de Saint-Pol-Roux, parues au Mercure de France (Paris, 1966, ix-xxv, 296 p.) avec une introduction d'Alain Jouffroy (°1928). En 1967 je ne connaissais que vaguement “le Magnifique”, grâce à l'anthologie de Ad. Van Bever et Paul Léautaud, Poètes d'aujourd'hui (Mercure de France, Paris, 1917) et, bien sûr, par les manifestes du surréalisme d'André Breton, que j'avais lus en janvier 1963 dans cette belle édition à couverture orange parue chez Jean-Jacques Pauvert.

Quoi qu'il en soit, je n'avais plus mémoire d'un texte de Koenig sur Saint-Pol-Roux, raison de plus de le republier ici intégralement.

*

Voici reprises, faut-il le redire, les plus belles pages du grand poète qui, du haut de la tour de son manoir, inondait discrètement la France de ses écrits. La France noyée, mais de façon fort mesurée, car ce n'est pas parce que la plus grande partie des poèmes de Saint-Pol-Roux a vu le jour au Mercure de France qu'on l'a beaucoup apprécié de son vivant. Une manière de cabbale, un fichu destin, les injustices du silence. De ce silence qui, à la longue, finit par en dire trop, qu'il faut bien que la consigne du mutisme embouche les trompettes que l'on sait. Ah ! que les imbéciles encore vivants devraient en vouloir à cette satanée taciturnité ! Preuve qu'à cette époque la France était bourrée de niais dans le milieu de la critique et des lettres. Car il faut lire pour se démontrer cette assertion, il faut lire ce qu'alors on devait trouver inintéressant ! Celui qui a écrit « l'imagination, c'est la moisson avant les semailles » va peut-être enfin conquérir d'innombrables lecteurs ? Mais qui sait ? cher Saint-Pol-Roux sera-ce prouvé ? Voilà donc de ce poète frais comme la fraîcheur elle-même, des lignes et des poèmes, voilà un de ces hommes que tout pays civilisé devrait souhaiter voir naître plus nombreux par siècle. Un véritable artiste qui ne vécut que pour son œuvre, horripilé par la truanderie des capitales. Un solitaire inspiré dont l'œuvre, suite à des machinations comme en connaissent encore trop d'authentiques artistes contemporains, est resté dans l'ombre. La préface d'Alain Jouffroy aide dans toute l'acception du terme à l'accès de ce temple dont il s'agirait d'urgence de franchir les marches.

*

Le Bulletin de la Société des Amis de Saint-Pol-Roux, exhibant une couverture ivoire, qui est la couleur des beaux papiers qui veillissent bien, se propose de réunir, dans chacune de ses livraisons, des documents (iconographiques, bibliographiques) rares ou inédits, éclairant un aspect de la vie ou de l'œuvre du poète. À terme, cette publication constituera donc une intéressante source d'informations pour les curieux, chercheurs, amateurs de littérature symboliste, fini & antéséculaire, et d'abord à destination de tous ceux que la poésie de Saint-Pol-Roux bouleverse ou, simplement, ne laisse pas indifférent.

La Société des Amis de Saint-Pol-Roux est animée par l'infatigable Mikhaël Lugan qui publie le résultat de ses recherches érudites non seulement dans le Bulletin, mais également sur l'excellent blog Les Féeries intérieures.

Mikhaël Lugan

33, rue Montpensier

64000 Pau

harcoland@gmail.com

www.lesfeeriesinterieures.blogspot.com

HFJ

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires