Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 04:25

 

Prieuré

 

Féline

 

Féline est imbattable à l’épreuve du fond.

Quel abattage!

Une lionne en rut dans les orchidées

ou la femme au boa

premier prix d’endurance dans l’amour charnel à toute heure?

Le marquis de Sade est son violon d’Ingres.

La Délie est l’idée femme

le poète ne l’aime que dans la mesure

où elle signifie autre chose ‘quelle m’aime’

la femme de haut voltage.

Scève est le poète de cette Délie.

Geneviève donne un baiser sauvage,

puis, comme une chatte de gouttière court miauler: Je suis malheureuse...

mais devant la grande horloge du ciel

Ginette, l’horloginette, arrête son tic-tac.

Chez Sade la volupté abstraite conduit à l’érotomanie

chez Marat, la soif de la liberté devient éleuthéromanie

la même flamme noire s’allume entre l’amour de la liberté

et la liberté de l’amour.

Le marquis et le sans-culotte jonglent avec des mots vides.

Il n’est qu’une solution à ce besoin d’absolu,

c’est l’absolution.

Paul NEUHUYS

 

(Les Archives du Prieuré, Anvers, éditions Ça ira, 1953, 19542)

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires