Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 05:07

 

Nicolas Pauvoiseau naquit en 1900

d’une mère wallonne et d’un père flamand

A six ans, cet enfant était si maladroit

qu’en mangeant sa tartine il se mordait les doigts

Sur les bancs de l’école il rencontra Félix

Félix qui de sa brève existence fut l’x

Nicolas se voua dès son jeune âge aux lettres

pensant qu’écrire était sa seule raison d’être

A vingt ans il coucha avec l’une des filles

d’un professeur d’Histoire et de Géographie

Elle était laide mais il la trouvait si belle

qu’il ne l’appelait pas autrement que Cybèle

Les parents s’en étant occupés, leur idylle

se termina par des larmes de crocodile

et tandis qu’il passait ses vacances à La Haye

Nicolas épousa sa cousine Aglaë

Dès qu’il fut en ménage, il comprit que la femme

ne peut suffire à étancher la soif de l’âme

Il partit pour Paris et retrouva Félix

qui de ses cendres renaissait comme un phénix

Ensemble ils rêvaient de leur enfance passée

n’ayant pour dormir qu’une armoire renversée

Félix s’enivrait jusqu’à rouler sous la table

Bref c’était devenu un être insupportable

Un jour il déclara, dédaigneux de Paris

qu’il voulait devenir roi nègre et disparut

Nicolas resta seul. Être ou ne pas être

le froid entrait par les interstices de la fenêtre

Il avait publié un receuil:‘Dernier cri’

que l’on se plut à reconnaître bien écrit

Gloire et amour lui avaient souri un instant...

il se donna à la mort à l’âge de trente ans.

Paul NEUHUYS

(L'Arbre de Noël, Anvers, éditions Lumière, 1927)

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires