Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 12:00

 

OctavieBlog2

 

Nous voici arrivés à la troisième séquence du recueil. Paul Neuhuys confie au lecteur : « Octavie, proprement dite, glisse à l'intériorité sereine d'une personne qui a beaucoup vécu. Avec elle on rentre chez soi. »

Voici deux poèmes qui illustrent ce chez soi.

 

                            J'entends dire que la poésie

                            devient tellement exigeante

                            qu'on n'ose plus l'écrire

                            alors qu'elle nous défend

                            contre le sérieux de la vie

 

                            et qu'elle est la seule contrée

                            où se pratique encore

                            un portrait musical bien rythmé

 

   Poésie éclatante                                              Poésie éclatée

La vieillesse fait naître des idées stupéfiantes

   Elle est ma cantilène de Sainte Eulalie

 

*

 

Ingénieur du son                  Technicien du verbe

Spécialiste de la valeur affective des mots

Sur un mur andalousement blanc

le staccato des mots qui frappent dur

ou qui sonnent douloureusement clair

Ce talent qu'un terrible malheur a mûri ?

Maturité murale

d'un apanage à ma poigne

Paul NEUHUYS

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires