Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 05:14

 

Accordéon, Cheptel, Hippocampe, Banquise

Ô mots tirés en l’air comme des coups de feu

Chacun vient à son tour sur la terre conquise

Renouveler du sort l’inépuisable jeu

 

En vain te pares-tu d’un cœur artificiel

Dans le miroir d’argent nage une nuque blonde

Rien ne peut déranger le système du ciel

Et le clown désolé fait rire tout le monde

 

Fusez, rires d’enfants; coulez, larmes de mère

La jonque de l’amour chavire entre les fleurs

Dieu regarde s’ouvrir les tombes éphémères

Et naître des saisons l’éternelle fraîcheur

Paul NEUHUYS

(L'Arbre de Noël, Anvers, éditions Lumière, 1927)

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires