Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 23:23

 

EekhoudAMVCcover.jpg

À Anvers se tiendront bientôt deux remarquables expositions qui illustrent à souhait la volonté de la Flandre de considérer ses écrivains francophones comme faisant part entière de son patrimoine culturel.

Les « World Outgames » sont l'occasion rêvée pour organiser une rétrospective sur la vie, l'œuvre et l'engagement de Georges Eekhoud (1854-1927). Cet auteur flamand francophone né à Anvers a consacré son œuvre aux parias et laissés-pour-compte de la société. Il fut l'un des premiers à aborder dans ses romans l'homosexualité sous un angle positif, ce qui lui a d'ailleurs valu un procès retentissant en 1900.

La Letterenhuis (Maison des Lettres, le nouveau label du AMVC, Musée et Archives de la Vie Culturelle Flamande) se concentre sur la vie personnelle et sur l'engagement social, anarchiste et pacifiste de Georges Eekhoud. L'exposition fait également la part belle à son procès et à l'action de solidarité menée par les auteurs belges et étrangers afin de soutenir le roman Escal-Vigor. Les journaux ainsi que la correspondance révèlent que l'auteur flamand n'était pas uniquement familiarisé avec l'aspect platonique de l'amour masculin...

La salle Nottebohm de la Erfgoedbibliotheek (bibliothèque patrimoniale) Hendrik Conscience, une des plus belles de Belgique et des Pays-Bas, met de son côté l'accent sur les nombreuses relations littéraires et internationales d'Eekhoud, notamment Magnus Hirschfeld, Numa Praetorius, Oscar Wilde, André Gide, Jacob Israël de Haan, Jacques d'Adelswärd-Fersen (“l'exilé de Capri”) et les membres anversois de la rédaction du journal Ontwaking (Le Réveil).

Ces deux expositions, d'un intérêt que l'on ne saurait sous estimer, sont organisées en collaboration avec le Fonds Suzan Daniel. Du 27 juillet au 25 août. Vaut le déplacement !

LoinDuTumulte.jpg

Dans son second recueil Loin du Tumulte   (1919), préfacé par Max Elskamp, Paul Neuhuys publia un poème dédié à Georges Eekhoud :

 

L’Histoire, trop souvent, s’est livrée à la Nuit...

L’Histoire, cette fière et robuste bacchante,

Qui lamentablement, depuis trois ans, enfante

Le monstrueux fœtus, tout sanglant, d’aujourd’hui.

 

Vous les déshérités, arsouilles et lendores,

Vous, qui n’avez jamais quitté le sol flamand,

Ô mes bons compagnons je vous déclare grands,

Vous que l’abjection léthifère dévore.

 

Oui, j’ai senti vos cœurs, à mes côtés, surgir;

Se laissant mutiler de leur patrie ardente,

Brutes, si vous voulez, mais brutes émouvantes,

Car rien n’est empoignant comme un voyou martyr.

 

Je vous invoque ici, citoyen Georges Eekhoud;

C’est à vous que je dois, en ces jours assombris,

D’avoir su pénétrer, d’un regard attendri,

L’héroïsme navrant d’un obscur coude à coude.

 

Amour du genre humain, généreuse utopie,

Je t’embrasse, en dépit des sanglantes tempêtes;

Ô gueux, c’est parmi vous que naissent les poètes;

Vous avez leur orgueil lyrique de la vie.

 

Et quand l’Histoire veut rappeler aux despotes,

Le degré le plus bas de servitude humaine,

Elle se sert d’un nom pesant comme une chaîne,

Ce nom qui indigna tous les cœurs: les Ilotes.

Paul NEUHUYS

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Cédric Meletta 21/11/2013 14:23

Chers animateurs des éditions ça ira,

Je viens vers vous par la démarche la plus impromptue qui soit..mais n'est-ce pas là, l'un des nombreux bienfaits du web...dans le cadre d'un second livre à paraître en 2015, je cherche des
informations sur la femme de lettres anversoise (janvier 1888-août 1968), Gabrielle Castelot, alias Sorella, alias Guy Harveng, alias Marianne Laüfer....un certain goût pour la mystification,
n'est-ce pas? elle a grandi dans l'entourage des sœurs Praetorius et cultivé une longue amitié avec les Lambotte, Elisabeth de Belgique-Wittelsbach, Maurice Wilmotte, Ensor et bien d'autres..merci
de me tenir informé de ce qui pourrait vous venir à l'esprit, même la moindre des petites pistes..Bien cordialement à vous - Cédric Meletta (Paris)