Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 05:27

 

Dans sa récente livraison, le Bulletin de la Fondation Ça ira s'est attaché à raviver la mémoire de deux évadés de l'oubli : les peintres anversois Jules Schmalzigaug et Marthe Donas.

En couverture : 'Le Tango', le remarquable dessin de Tour Donas paru en 1920 dans l'influente revue berlinoise Der Sturm.

caira.jpg

Jules Schmalzigaug (1882 – 1917) fut, en Belgique, le seul artiste qui ait effectivement vécu et assimilé les développements de l'avant-garde futuriste avant la Première Guerre mondiale. Marthe Donas (1885 – 1967), exposant ses peintures cubistes et abstraites en 1920 à la galerie Der Sturm à Berlin, fit figure de météore. Curieusement, les revues belges d'avant-garde des années vingt ont superbement ignoré ces deux pionniers anversois dont l'œuvre fulgurante ne fut redécouverte que dans la seconde moitié du XXe siècle, grâce aux efforts de quelques chercheurs éclairés parmi lesquels il convient de rendre particulièrement hommage à Phil Mertens (1928-1989) et à Maurits Bilcke (1913-1993).

Maria Elena Versari, particulièrement versée en histoire du futurisme, édite les lettres jusqu'ici demeurées inédites de Schmalzigaug à Umberto Boccioni (1882-1916). Cette publication exclusive par notre Bulletin est autorisée par le Getty Research Institute. Les missives révélatrices de Schmalzigaug témoignent non seulement de l'évolution artistique du peintre, mais également de la problématique du nationalisme et de l'internationalisme, tension présente dans toutes les avant-gardes historiques. C'est enfin un des aspects de la thèse de doctorat de Francis Mus, qui traite en profondeur des revues L'Art libre, Lumière et Ça ira.

*

Jean-Marie Aendekerk, un des animateurs de la Fondation Marthe Donas, étudie en détail quelques aspects de la carrière internationale de cette artiste; Henri-Floris Jespers esquisse les grandes lignes de la présence du peintre durant les années vingt en Belgique.

*

Dans sa monographie fondatrice consacrée à Schmalzigaug (1984) Phil Mertens souligne que le peintre ne s'était pas intégré à son propre milieu et avait créé une barrière entre lui et les autres artistes belges, par ses constantes absences de Belgique, et par sa vision plastique. C'est également valable pour Marthe Donas. Cette constatation explique partiellement le long silence qui a entouré leurs œuvres.

*

Dans la rubrique 'en bref' (dont l'intitulé ne doit pas être pris à la lettre...), la rédaction attire l'attention sur quelques publications récentes: un inédit de Henri Vernes, une réédition de Jean de Boschère, le nouveau roman de Nicole Verschoore, les éditions Venus d'ailleurs. À l'occasion de la publication de la monographie de Henri-Floris Jespers sur Gérard Van Bruaene, Guy Ciancia publie le texte d'une chanson inédite en l'honneur de 'Zérar le brocanteur'.

Henri-Floris JESPERS

Bulletin de la Fondation ça ira, nos 40-41, octobre 2010, 92 p., ill.

Coût de l'abonnement pour l'annéer 2010:

Membre adhérent : 25 €.

Institution: 35 €.

Membre protecteur: 50 €.

A verser au compte de la Fondation Ca ira:

Dexia banque – 068-2287225-89

Code IBAN: BE45 0682 2872 2589

Code BUC: GKCCBEBB

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires