Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 20:29

Le jour du décès de Marcel van Maele (Bruges 10 avril 1931 - Anvers 24 juillet 2009) Henri-Floris Jespers nous a rappelé dans ses Mededelingen que ce pur poète – le mot dans tous ses sens n'a jamais cessé de le hanter –  s'était vu décerner en 1972 le "Prix de l'Arche du Mot libre" (Arkprijs van het Vrije Woord) et que cela avait été célébré lors d'une commémoration d'Auguste Vermeylen à l'hôtel Osterrieth à Anvers le 10 mai de cette même année.

Il nous donne un extrait de ce qu'avait dit Marcel van Maele à cette occasion.

Cet extrait retentit comme un cri si lucide et si actuel qu'en voici une traduction :


Jubilons, jubilons : nous, condamnés à mort, vivons encore.

Nous commémorons nos disparus et décernons des prix.

À cette occasion je cherche le mot juste, dépoussière mon bel habit, sèche mes larmes, et plus que jamais me remets à douter.

Qu'est-ce un mot ?

Qu'est-ce une Arche ?

Qu'est-ce la Liberté ?

Quelles cymbales résonnent dans ces symboles ?

Qu'est-ce l'espoir ?

Et nous, paralysés par l'abondance, comment combattrons-nous cette crampe ?

Par quelles armes ?

Le mot ?

Les mots sont plus que jamais abusés et vidés, joliment ficelés dans de gracieux carcans, violés ou castrés, étranglés, préparés, empaquetés.

Les mots n'indiquent plus le sens, le sens leur est dicté.

Et nous ?

Nous sommes planifiés, aplatis, envahis et dirigés par le non-sens clinquant des mots embrigadés.

Nous fonçons avec des œillères vers le point final, en étouffant dans nos propres détritus.

Bien sûr nous nous préoccupons encore d'autres problèmes : alors que les présages quant à l'avenir du genre humain sont de plus en plus sinistres, nous débattons doctement d'une nouvelle orthographe. Faudra faire vite pour parvenir à une nouvelle orthographe avant la fin de l'humanité.


Le fin mot de la crise d'aujourd'hui est que les mots ont perdu leur sens. Et nous nous retrouvons privés de parole, bâillonnés, privés de penser, réduits à n'être plus que les plus fragiles rouages d'un système sourd, muet et aveugle.

Thierry NEUHUYS

Cf. notre blogue du 25 juillet.

En néerlandais:

Mededelingen van het Centrum voor Documentatie & Reëvaluatie, nr. 141. Marialei 40, 2018 Antwerpen.

Cf. les blogues du 24, 26 et 31 juillet; 1, 2 et 20 août.

www.mededelingen.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires