Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 00:19

Le mercredi 8 avril, Nele Bernheim et les frères Luc et Thierry Neuhuys ont présenté le 37e numéro du Bulletin de la Fondation ça ira à la Fleur en papier doré à Bruxelles.

Introduisant Nele Bernheim (cf. le blogue du 30 mars), Luc Neuhuys rappela que ce fut il y a un peu plus de 59 ans, le vendredi 13 janvier 1950, que le légendaire Geert Van Bruaene, tenancier de la Fleur en papier doré, assista à la représentation du Soleil noir.

Il était venu à Anvers avec son ami Camille Goemans pour assister à la création de la pièce de mon père que j'avais mise en scène au Théâtre du Foyer. Étudiant à l'ULB à l'époque j'ai revu quelques fois Geert Van Bruaene pour lui remettre, de la part de mon père, des livres, ou inversement pour ramener des livres de Bruxelles à Anvers … Je me souviens d'un homme aussi véridiquement discret que sincèrement chaleureux.

Consacré à la Maison Norine (1916-1952), un haut-lieu de convergences artistiques durant les années folles à Bruxelles, l'exposé de Nele Bernheim, historienne de la mode, fut suivi avec attention par un public averti.

Nele Bernheim s'est attachée à cerner les synergies qui se sont opérées dans la création du style Norine. Grâce à des recherches têtues et approfondies, en Belgique et aux États-Unis, Nele Bernheim a réussi à mettre méticuleusement en carte le réseau des collaborations artistiques qui créèrent l'image de marque de la Maison Norine et, plus particulièrement, les apports multiples de René Magritte.

Remerciant l'orateur, Thierry Neuhuys évoqua le caractère inédit des révélations de Nele Bernheim qui constituent une contribution décisive à l'histoire de la mode, une discipline par trop négligée en Belgique. En conclusion, il présenta le sommaire du Bulletin 37.

Nele BERNHEIM, Norine Couture, Bruxelles: L’art dans la mode, la mode dans l’art.

René FAYT, Paul Vanderborght et le mouvement de « La Lanterne sourde ».

Henri-Floris JESPERS, Quelques digressions à propos de La Lanterne sourde.

Philippe DE WOLF, Vétilles.

Henri-Floris JESPERS, In memoriam Wannes van de Velde; obiit Dan Van Severen.

Notes de lecture

Pascal PIA, Au temps du Disque vert. Lettres à Franz Hellens (1922-1934). Texte établi et présenté par René FAYT.

F. DASSETTO et G. HERMANT (eds), Eddy Du Perron. Un écrivain néerlandais à Gistoux dans l'entre-deux-guerres 

Manu VAN DER AA, Ik heb de liefde liefgehad. Het leven van Alice Nahon.

En bref

Jean DYPRÉAU, La lueur des mots.

Mark VERSTOCKT, La genèse de la forme.

Parmi le nombreux public: Werner Adriaenssens (Musées royaux d'Art et d'Histoire), Ray van Asten, Jan en Klaartje Bernheim, Mike Carremans, Nadine Chanvillard, Simon Delobel (Verbeke Foundation), Marie-Jeanne Dypréau, René Fayt (conservateur honoraire de la Réserve précieuse des bibliothèques de l' ULB), Christiane Geurts-Krauss, Christian van Haesendonck, Frank Hendrickx (Galerie ArteVentuno), Christa Huijgens (vzw Geert van Bruaene), Henri-Floris Jespers (Centrum voor Documentatie & Reëvaluatie), Jeanine Lambrecht (prof. ém. VUB), Claudine van Laer (asbl Le petit Gérard), Paula Mortelmans (Parlement flamand), Francis Mus (KUL),Christine Neuhuys (Fondation ça ira), Peter Pauwels, Emmanuel van de Putte (CEFF-SFV), Hans Rombaut (Nationaal Biografisch Woordenboek), Robin de Salle (président de l'asbl Le petit Gérard), Rik Sauwen (Bulletin ça ira), Sergio Servellón (Musée Felix de Boeck), Jan Struelens, Koen de Visscher (société coopérative Het Goudblommeke in papier), Arnout Wouters (société coopérative Het Goudblommeke in papier).

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans actualité
commenter cet article

commentaires

Fondation Maurice Carême 14/01/2012 13:49

Cher Thierry Neuhuys,

Nous venons seulement d'apprendre le départ terrestre de Luc, mais dans nos coeurs, il demeure à jamais dans tout ce qui le lie au cher Paul Neuhuys dont nous parlons souvent aux visiteurs de notre
belle maison musée, non seulement pour l'amitié qui le lia à Maurice, mais et, je dirai surtout, pour la valeur de son oeuvre poétique qui, nous l'estimons, n'est pas encore assez mise à sa place,
une des premières de notre poésie, mais aussi de la poésie mondiale. La dernière visite que fit Maurice Carême avant de quitter ce monde terrestre, mais non le monde poétique, fut pour aller
souhaiter à son "cher Paul", un très heureux anniversaire. Ce jour a laissé des clartés dans nos coeurs.
Nous vous disons toute notre amitié la plus profonde ainsi qu'au comité de "Ca Ira". Toutes nos plus vives félicitations pour ce que vous réalisez. C'est littéralement génial.
Votre adresse est-elle bien : chaussée de Vleurgat, 50 à 1050 Bruxelles ? Donnez-nous votre adresse mail.

De tout coeur.

Jeannine Burny Présidente de la Fondation Maurice Carême