Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 03:00

 
« Il y a 23 ans nous partions de presque rien », soulignent Jacqueline et Paul Van Melle.  Aujourd’hui, le bilan d’Inédit nouveau est impressionnant : 7858 pages publiées, 10238 textes inédits de 1001 auteurs différents, et 13164 échos d’actualité, dont plus de 4858 recensions de livres.

Si je lis en premier lieu la rubrique «  à tous mes échos », c’est que Paul Van Melle m’y révèle à chaque fois des poètes et des revues insoupçonnés. De plus, les poèmes participant du règne de la lenteur, leur lecture exige des intervalles, des interludes d’inattention, afin de mieux les cerner.

*

C’est avec plaisir que j’apprends que Paul Van Melle estime « parfait » le changement de format et de présentation du Bulletin Ça ira.

Une longue étude de Rik Sauwen nous en apprend immensément plus sur Michel Seuphor en parlant de ses premiers temps : « De Berckelaers à Seuphor : une jeunesse anversoise dans les années vingt ». Cela décrit en détail l’état des intellectuels dans l’après-guerre de 14-18. On sait quel séisme cela a provoqué en France avec Dada et le surréalisme, tous ces jeunes dégoûtés des horreurs guerrières. En Belgique aussi, on n’a pas assez analysé l’effet produit sur les intellectuels flamands par la répression des écrivains et artistes accusés de collaboration pour avoir maintenu les principes qui avant cette boucherie unissaient flamands et francophones pour les idéaux de respect des langues et des œuvres. N’oublions pas que De Coster, Verhaeren, Neuhuys et bien d’autres francophones étaient « flamingants » ! Les excès et les erreurs ont commencé là, on ne le dit hélas plus aujourd’hui.

Signalant l’étude de Piet Tommissen sur Dada, Van Melle souligne que les Mededelingen van het CDR apportent « des éléments importants à notre connaissance des mouvements d’avant-garde ».

*

Un beau texte de Michel Lemercier, spécialiste de la poétesse Rose Ausländer, démontre la justesse de l’exergue emprunté à Alain Bosquet : ‘L’insupportable supériorité du rêve est de n’avoir à fournir aucune preuve’. Épinglons également une page de journal du poète Michel Passelergue (°1942), longtemps professeur de mathématiques en banlieue parisienne, membre du Groupe de Recherches Polypoétiques et du comité de rédaction de Phréatique, la revue mythique (1980-2001) du groupe.

La vocation internationale d’Inédit nouveau est confirmée par l’infatigable Colette Rousselle, qui traduit « Landstreicherherberge » de Herman Hesse, tandis que l’excellent traducteur et passeur Rüdiger Fischer révèle Herbert Sleegers (°1932) au public francophone (« Niederrhein Ansicht ») ; Cathleen et Pierre Flaherty-Vella sont les co-auteurs de la version française de « Kandinsky Journey » de la poétesse australienne Kathe Gallacher.

Signalons enfin « Le sang est une chanson de veine » du  poète Haïtien Coutechève Lavoie Aupont (°1982), texte étrange, proche, me semble-t-il de l’écriture automatique ; « Awalé », de Christophe Pairoux (°1974) ; « Leçon de ténèbre » de Jean-Claude Davreux ; et enfin « Marche du serpent philosophe » de Jean-Michel Tartayre. 

Excellent, ce numéro de janvier d’Inédit nouveau.

Henri-Floris JESPERS

 

Inédit nouveau, no 228, janvier 2009, 11 av. du Chant d’Oiseaux, B 1310 La Hulpe.

Participation aux frais : 35 € pour dix numéros à verser au compte bancaire 001-1829313-66 de Paul Van Melle.

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires