Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 18:34

Tintin, Milou, le Roi... et moi.


Jan Bucquoy est sur le point de quitter la Belgique pour rejoindre la France.

Jan prétendra plutôt l’inverse et dira que c’est la Belgique qui le quitte. Ce pays, qui fut toujours sa principale source d’inspiration, semble au bord de l’implosion.

Toutefois, il emmène avec lui la Belgique : son départ est tout sauf une fuite, mais plutôt une internationalisation de son concept belge avant que la Belgique ne disparaisse.

La quête de l’identité belge a toujours été au centre du travail de Jan Bucquoy. Être belge... de quoi s’agit-il?
Les deux pieds sur terre et un sourire d’une oreille à l’autre, il s’attaque aux tabous, notamment belges. Son œuvre est fondé sur une rébellion, sur une insatisfaction quant au fonctionnement de notre société, au comportement humain dans une société moderniste. Homme de spectacle, Jan Bucquoy n’a jamais hésité à énoncer son mécontentement à sa façon.

Quel endroit se prête mieux que les Marolles pour faire cette exposition? Ce quartier, populaire avant tout, avec son caractère nettement Bruxellois (et alors aussi un peu belge), avec sa Place du Jeu de balles, où l´on peut facilement s’imaginer Tintin à la recherche de l’aventure et où l´on pourrait, aprèsavoir fureté, encore trouver un slip de Baudouin.Le 12 décembre Jan Bucquoy nous a promis une vraie soirée belge (à partir 18h30) avec des bières locales et des amuses-bouches offerts par le restaurant le  de plus belge de Bruxelles: le ´Restobières´.

 

La galerie [mana.art] se réjouit déjà de vous accueillir pour cette exposition personnelle de Jan Bucquoy du 12 décembre 2008 au 11 janvier 2009, rue de Renards, 28 BXL.

 

Jan Bucquoy et Henri-Floris Jespers, 20 september 2007

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires