Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 18:38

Le boulevard périphérique de Henry Bauchau sera publié en traduction néerlandaise par Meulenhoff / Manteau.

Le boulevard périphérique, « un roman qui éclaire le royaume des ombres » (Libération), a été couronné par le Prix du Livre Inter 2008.

Poète, romancier, dramaturge et psychanalyste, Henry Bauchau (°Malines, 22 janvier 1913) vit à Paris depuis 1975. Il est membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

 

Parce que sa belle-fille, est hospitalisée pour un lourd traitement contre le cancer, jour après jour le narrateur prend le métro, le RER, le bus ou sa propre voiture, à travers les encombrements du boulevard périphérique, sous la grisaille d'un début d'été particulièrement déprimant, jusqu'à cette chambre d’hôpital, où en alternance soufflent l'espoir (obligé) ou le pressentiment (coupable) de l'inéluctable. Et comme une ombre portée sur cette chronique d'une fin annoncée, le souvenir terriblement vivant de Stéphane. Et l'énigme de sa mort. Au début des années de guerre, en Belgique, le narrateur s'est lié d'admirative amitié avec cet homme qui lui a appris, en montagne, à escalader les parois, franchir les surplombs, dépasser sa peur. Stéphane : un homme de l’acte, au geste sûr, au charisme silencieux, au corps délié et élancé, un solitaire économe de paroles, rayonnant de l'intérieur - d'une domination évidente et naturelle. Le narrateur ne lui connaissait qu'une faille : sa crainte de l'eau. En 1943, Stéphane entre dans la clandestinité, où il conduit de dangereuses actions de résistance. Le narrateur ne le reverra plus. A la Libération, il apprend que Stéphane a été retrouvé noyé dans un étang, avec aux pieds des blessures par balles...

 

Henry BAUCHAU, Le boulevard périphérique, Actes Sud, 2008, 250 p., 19,50 €.

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires