Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 19:02

Nous souhaitons entrer en contact avec des lecteurs et chercheurs attentifs à ce poète fort injustement oublié, qui fut également un remarquable collagiste.


Le 24 juillet nous avons publié ici une note de Paul Neuhuys sur Paul Dewalhens, auteur de la plaquette Tombeaux (Virton, La Dryade, 1970), dont nous avons extrait le Tombeau de Paul Joostens.

David Gullentops a publié une lettre inédite de Pansaers à Cocteau dans le Bulletin de la Fondation Ça ira (no. 21, pp. 26-28). Voici le Tombeau de Clément Pansaers et celui de Jean Cocteau :

Clément Pansaers

Ailes brisées de la beauté

Humour acide et dispersé

Proclamant dada l’anarchie

De vivre faux une manie.

 

Désordre sorti des charniers

Où pourrissait la liberté

Fallait horrifier la bourgeoisie

En déchirant la peau des mages.

 

Passant ricaneur décadent

Volontaire se fustigeant

De tant d’alogisme illusoire

 

Brelan fol de la mort aux rats

Ayant vomi dans les mangeoires

Pansaers plus jamais ne mordra.

 

Jean Cocteau

 

Tu ne clameras plus les cendres du bûcher

Ni le souffle de l’Ange à réchauffer la bise ;

Ni la vie bonne et bête en irréalité,

Charmeur, que tu peignais, ballets et vocalises.

 

Longue et belles mains, feux follets magiciens

Dans les failles du tain ; flammes de funambule

Qui sait les corridas d’opium et de vin,

Le mythe au sein d’Orphée et les perles de bulles ;

 

Te voilà envoûté sous des mille et mille ans,

Hors du bruit de machine et des coassements,

Le temps filant sa laine à l’entour de tes branches.

 

Le soleil s’est voilé des couleurs d’Arlequin :

Écoute bien les voix au goût de romarin,

Qui se lèvent du monde, immense page blanche...

 

Paul Dewalhens est né à Anvers le 7 juillet 1902, de parents tirlemontois. Il reçoit une éducation et fait ses études en français, ce qui ne l’empêchera pas de publier différents travaux dans les deux langues, le français et le néerlandais: monographies, études et essais sur l’histoire, les monuments, le folklore, les particularités de Tienen (Tirlemont). Enfance secouée par la guerre 14-18. Il se consacre à des activités commerciales et, nous apprennent quelques notes biographiques succintes, exerce plusieurs professions : «courtier en marchandises, pianiste, comptable, directeur d’hôpital, libraire et enfin archiviste de la ville de Tirlemont». Il a participé à la désastreuse campagne des dix-huit jours, en mai 1940, et a fait partie de la Résistance. Paul Dewalhens appartenait au cercle restreint des amis intimes de Neuhuys, comme en témoignage une volumineuse correspondance.

HFJ


Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira! - dans littérature
commenter cet article

commentaires