Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 01:08

Bruxelles, huit heures du matin, avenue Louise.

Une longue colonnes de longues voitures dans un long tunnel, longues figures au long nez, longuement penchées sur des longueurs d’ondes, longues comme des bas nylon qui s’allongeraient au delà d’Arlon jusqu’à Toulon.

Je ne sais s’il existe une femme bonne. Mais je sais de bonne source qu’on trouve encore des bonnes à Bonn. Nous en avions une bonne, mais nos voisins, les Ratisbonne, nous l’ont ratissée.

Que le professeur Nasillard, en recevant le général Radote sous la coupole, se soit montré pompeusement cordial, je vous l’accorde :

Toutes ces cordes qui se décordent, s’encordent et se recordent dans la discorde comme dans la concorde ne nous ont plus permis de voir finalement lequel, au bout de la corde, était le récipient d’air !

Paul NEUHUYS (1968)

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira!
commenter cet article

commentaires