Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 06:56

Il est humainement triste, tout comme le contraire, que les écritures de Monsieur Goethe soient assez goethéennes. C’est naturel.

 

*

 

Je m’excuse pour l’état des objets ferrugineux, sauf pour le petit coquillage égaré et le petit morceau de roc. Les caresses ferventes ont terni l’éclat des cristaux.

 

*

 

Le bien-faire à éplucher, l’oignon émeut jusques aux chaudes larmes, en musique pure, sans violence.

 

*

 

L’association de marchande cruauté appelée « marché mondial du tableau » sera florissante ou ne sera pas, selon que l’industrie destructive et meurtrière étale un état prospère ou périsse.

 

La manifestation de joie « tout-amour » ou de certain déplaisir, devant l’objet peint qu’on appelle tableau, est effacée, les facultés de l’individu prises en respectueuse considération, naturellement, depuis la chute de la maison civile du maître, amateur possible de quelque noble peinture :

 

Parfaitement abruti par l’attention soutenue du volant, ses ailes de géant l’empêchent de penser dans le sens de la pensée sublime.

 

*

 

La bombe H coûte très cher, mais on la donnera.

 

Gérard VAN BRUAENE

 

Les lèvres nues, no. 7, décembre 1955, p. 40

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira!
commenter cet article

commentaires