Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 03:50

La nécrologie d’Edouard Jaguer (1924-2006) fut publiée dans le numéro 26 du Bulletin de la Fondation ça ira (2ème trimestre 2006). L’en-tête de ce fascicule établissait un curieux rapprochement, que nous reprenons ici.

&

L’actualité permet parfois d’étranges rapprochements, par exemple de passer d’Édouard Jaguer à Dan Brown et son Da Vinci Code, sans oublier Clément Pansaers.

 

Le fameux Prieuré de Sion est en effet le produit d’une mystification à laquelle Gérard de Sède a apporté une contribution décisive (tout comme il fut également un des initiateurs de la saga de Rennes-le-Château). Tout comme Jaguer, Sède participa activement à l’aventure de La Plume à la Main. En 1943 il publie sous cette enseigne L’Incendie habitable, illustré par Gérard Vulliamy, qui collaborera à Phases.

Personnage haut en couleurs, Gérard Marie de Sède de Liéoux (1921-2004), ancien animateur de « Réverbères » — ces jeunes dadaïsants, surréalisants, amateurs de jazz et de poésie spontanée — sera de plusieurs groupes sur-réalistes. Résistant, il connaîtra les prisons, les évasions et le maquis et aura droit à deux citations pour sa participation à la libération de Paris.

Jean-François Chabrun et Gérard de Sède, anciens des « Réverbères » susciteront et assisteront à Paris le 20 juillet 1941 à un hommage à Clément Pansaers. Cette manifestation, en présence discrète de représentants de la Propagandastaffel,

...n'ayant pas produit l'effet escompté, on décide de provoquer soi-même la perturbation. On s'empare alors de fruits postiches, qui avaient servi d'acces-soires, et on les lance par dessus le rideau sur les spectateurs. Le public se prend au jeu et renvoie les projectiles qui reprennent la direction de la salle. Les Allemands semblent un peu surpris par cette conception peu romantique de la poésie. Ils sourient béatement. C'est dans la confusion totale et sur ce happening avant la lettre que s'achève la première manifestation des Réverbères en zone occupée qui sera aussi la dernière du groupe. [1]

Quant à Paul Neuhuys, il publiait en 1941 L’Oiseau qui n’a qu’une aile de Marcel Mariën, suivi en 1942 du Traité des fées de Fernand Dumont et des Histoires de la lampe de Paul Colinet.

Il fallait le faire, en pleine occupation.

Henri-Floris JESPERS



[1] Communication de Marie-Christine Lignon.

Partager cet article

Repost 0
Published by ça ira!
commenter cet article

commentaires